What’s in my sac-à-dos (pour partir en week-end)

Le sac-à-dos. Cet ustensile ô tellement pratique que j’ai abandonné en étude secondaire, au profil d’un énorme sac-à-main, et ce pour l’unique raison qu’il était plus féminin. Un sac « de femme » aux préceptes particulièrement sexistes et infondés qui vous déboite l’épaule par la même occasion ! Les choses ont changé, car désormais, dès que je m’absente plusieurs jours en dehors de chez moi et ce alors que j’ai du matériel à transporter, j’embarque obligatoirement mon sac-à-dos. Et cela n’est même pas négociable !

Bien plus pratique, plus confortable et parfaitement optimisé pour transporter tout un paquet de trucs : le sac-à-dos c’est la vie !

Et de la même façon que la vie est remplie de trucs plus ou moins indispensables (paye ta transition !), je te dévoile tout ce que je range dans mon sac-à-dos à moi, celui que je dégaine systématiquement pour partir en week-end.

Alors, bon, déjà, l’objet en lui-même. Le sac-à-dos j’entends. Il est important que je t’en touche deux mots à son sujet. Car vois-tu, je l’ai choisi pour son style un peu aventurier sans toutefois tomber dans le sac technique. Très clairement, il ne fait pas partie des backpacks les plus ergonomiques. Ses bretelles ne sont pas des plus confortables, sa « tenue » est à revoir et il n’est certainement pas très solide. Mais pour un truc déniché 30 euros sur Amazon, je suis plutôt contente de lui. Il est suffisant pour l’utilisation que j’en fais le plus, à savoir : partir quelques jours en dehors de chez moi. Ou, plus particulièrement, mettre tous les trucs que je souhaite garder à porter de main quand je voyage.

Et parmi les trucs importants à la mise à disposition de mes mains : le gel hydro-alcoolique.

Ce petit tube à l’odeur si tenace faisait partie des produits dont je ne me servais absolument jamais lorsque je vivais en Savoie. Et pour cause : je n’utilisais pas les transports en commun. Tu le sens venir le lien ? Les barres de métro, l’absence d’eau dans les toilettes des trains, les guidons de Vélib’ et les portes des magasins touchés par mille-millions de personnes dans la journée. Ma nouvelle vie de parisienne m’a conduite à prendre de nouvelles dispositions sanitaires.

Quand je suis dans les transports, il y a toujours une partie de moi motivée et studieuse qui me dit que je vais pouvoir profiter de ce temps pour travailler, penser à de nouveaux articles, voire même, débuter leur écriture. Et puis finalement, 20 minutes plus tard, me voilà en train de mater un épisode de Friends sur ma tablette, avachie dans le moelleux douteux des sièges de train.

Pour voyager l’esprit serein, je pense donc d’abord à ce qui peut me servir de moyen de distraction avant de songer à d’éventuels supports de travail. J’emporte donc systématiquement ma tablette, sur laquelle j’ai pris soin de télécharger préalablement quelques épisodes d’une série Netflix de qualité.

En ce moment, j’ai aussi la chance d’être plongée dans un ebook. En l’occurrence « Backstage » de Loreleï Martin.  C’est une chance parce qu’avoir sa lecture dans sa tablette est un gain de place avantageux.

Et pour satisfaire la petite mamie qui est en moi, je glisse secrètement un petit carnet de mots fléchés. D’ailleurs, mon côté « troisième âge » a aussi besoin de ses deux paires de lunettes. Une paire de lunettes de vue pour lire et une paire de lunettes de soleil pour espionner sans être vue. Et comme je voue un énorme culte à la marque Ray-Ban, ces deux petites appartiennent à la même grande famille que tu pourras, d’ailleurs, retrouver ici.

Ma dernière petite ruse consiste à transporter également un tote bag. Voilà le genre d’accessoire toujours pratique parce qu’il peut servir à pallier à plein d’imprévus mais aussi parce qu’au moment où je pourrais laisser mon sac-à-dos bien gentiment seul dans une chambre d’amis ou une chambre d’hôtel, je n’aurais qu’à dégainer mon tote bag, bien moins encombrant pour transporter mon petit nécessaire.

Evidemment, j’ai failli oublier de te parler de mon porte-feuille de la marque Matt & Nat. Techniquement, je devrais être super fière de te dire que ce porte-feuille est végane, fabriqué à partir de plastique recyclé et que l’illusion avec du cuir est saisissante, mais en vrai, j’en suis encore à me demander s’il valait vraiment le prix payé.

Enfin, dans le désordre, je n’oublie pas ma paire d’écouteurs (sinon comment je vais regarder Friends sans déranger tout le wagon ?), un tube de rouge à lèvres, un paquet de mouchoirs (hashtag goutte au nez), un paquet d’ibuprophène (hashtag migraineuse, toi même tu sais), un stylo et un petit carnet en cas d’envie d’écriture, mas en vrai, cela n’arrive sensiblement jamais.

Voilà, je crois avoir terminé de vider mon sac(à-dos), et toi, quelles sont les choses qui te suivent à coups sûrs, lorsque tu pars en week-end ?

author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

3 Comments

  1. Coucou Charline,

    Tres jolie ton sac à dos. Et je pense sérieusement à en prendre un quand je voyage. Un sac à main c’est jolie, mais mes épaules en sont pas dingue… l’indispensable gel antibactérien, quand tu prends le train c’est juste indispensable. Le nombre de fois où y’a pas d’eau aux toilettes… perso, je verifie toujours avant de mettre du savon… par ce qu’une fois j’ai eu du savon mais pas d’eau…
    Bon après moi, mon problème dans le train c’est que je commene à être malade :video, je, lecture, écriture… bah rien à faire j’ai la nausée…

    Bref, ton article est très interessant.

    Bonne journée
    Lauriane
    PS : mon correcteur d’orthographe connait bien mes commentaires sur ton blog et celui de Melissa, avant même d’avoir tapé il y a coucou et Charline ou Melissa qui apparait XD

    • Hello Lauriane,

      J’adore l’intelligence de ton correcteur d’orthographe ;)

      Le cou du savon, dans le train, ça ne m’est jamais arrivé mais je comprends que ça soit très embêtant. J’y pense souvent en effet :)

      A très bientôt !
      La bise

  2. Le paquet de mouchoir : THE INDISPENSABLE. C’est le truc qui sauve la vie partout ou tu va. Voiture, bureau, shopping, j’en ai tout le temps un paquet sur moi. Une ramette complète dans la voiture, une autre au bureau et à la maison. Dans mon manteau un paquet complet et dans mon sac aussi. Surtout avec un homme qui snif H 24. Carnet, stylo aussi, ne sait on jamais. La tablette plus vraiment car j’utilise 100 fois plus mon téléphone. Cela dit à l’avenir peut être que je la remettrait dedans. a voir.

Laisser un commentaire