Voyager en TGV pour pas (trop) cher

Voyager en TGV pour pas trop cher, c’est possible ? A cette question, les plus détracteurs d’entre vous répondrons : voyager en TGV pour pas trop cher ? Bah, facile : en prenant un Blablacar !” Et voilà. Conclusion. Fin de l’article, espace commentaire et bonne journée… Mais bien sûr que non !

Mes amis vous le diront, j’ai une passion un peu débordante pour les trains. D’ailleurs ils diraient certainement cela en levant les yeux au ciel. Car j’ai parfois l’impression d’être seule au monde quand je dis adorer les trains (Sheldon Cooper, I understand you). Pire encore lorsque je dis que j’aime bien la SNCF et ce depuis le jour où j’ai voulu faire mon stage de troisième à la gare de Moûtiers, en Savoie.

Mais bref, je m’égare, car le véritable sujet de ce billet est le suivant : en 2017 et en 2016, j’ai souvent pris le TGV et j’ai beau continuer de penser que ce transport en commun n’est pas donné, cette série de voyages m’aura permis de composer quelques ruses pour voyager en TGV sans trop raquer. Et ces astuces, je m’en vais te les partager avec toi de ce pas !

Réserver un billet le plus tôt possible

« Super Charline. Merci. Ce conseil, je ne m’en serais pas douter une seule seconde. Vraiment merci, hein. Merci Cap’tain Obvious ! » *Ironie en puissance*

Oui, je sais, évidemment, de prime abord, ce conseil n’a rien de révolutionnaire. Tout le monde le sait. Toutefois, en pratique, peu appliquent cette règle. Pour quelles raisons ? Et bien parce qu’entre les congés qu’on a posé mais pas encore obtenus, le fiston qu’on a n’a pas encore confié à mamie, parce qu’on n’a tout simplement pas encore prévenu mamie, les dates de départ ne sont pas encore officielles et inflexibles. Seulement à défaut de reporter le moment de réserver ses billets de train, il est d’ors et déjà préférable de bloquer une date en achetant des billets modifiables (un poil plus chers que leurs homologues Prem’s qui, ne sont ni échangeables, ni remboursables).

Le reste, tu l’as compris. Soit les dates qu’on a bloqué deviennent définitives et on a pensé à prendre ses billets le plus tôt possible avant que les prix ne flambent : Bingo. Au pire, les dates décidées ne sont pas bonnes et on échange son billet. C’est aussi simple que cela.

Ne pas voyager en première classe

Pour rappel, pour un même voyage, la SNCF propose habituellement quatre tarifs, que je m’en vais t’énumérer par ordre de prix croissants :

  • Le tarif Prem’s en 2nde classe (non échangeable)
  • Le tarif traditionnel en 2nde classe (échange et modifiable)
  • Le tarif Prem’s en 1ère classe (non échangeable)
  • Le tarif traditionnel en 1ère classe (échange et modifiable), aussi appelé « le billet de train que personne n’achète parce qu’il est plus cher que la location d’un jet privé »

Si tu as déjà réservé un billet de train, plus ou moins à la dernière minute, il est assez commun que, le billet Prem’s en 1ère classe soit moins coûteux que le même voyage (échangeable) en seconde. Evidemment, si tu es sûr de tes dates, je ne serais que te conseiller de profiter de cette aubaine pour voyager au pays où les sièges sont rouges et plus larges.

Mais parfois, lorsque la première classe demeure plus chère, elle ne l’est pas de beaucoup. Aussi l’on pourrait être tenté de débourser 5 ou 6 balles supplémentaires pour voyager « en business class ». Si tu veux mon avis : ne le fais pas ! Un Paris Toulouse coûte bien assez cher comme ça ; et est-ce que tu as vraiment un intérêt à avoir un peu plus de place entre ton accoudoir et ton séant ?

De plus, on va pas se mentir, le plus chiant quand on voyage en train, ce n’est pas la couleur gris-verte-moche et l’espace réduit avec ton voisin de devant. Le plus insupportable c’est évidemment le morveux du carré familial d’à côté qui pleure et renifle, ou encore le mec qui parle trop fort, deux sièges devant. Et ces phénomènes là (scoop !) se produisent même en première !

Rejoindre le programme fidélité

On s’imagine souvent que le programme fidélité n’est un avantage que pour les gens fidèles. Et en même temps, tout cela semblerait logique. Toutefois si tu es susceptible de prendre le TGV 3 à 4 fois dans l’année et que, selon toi, cette fréquence de voyage n’est pas un critère suffisant de fidélité, je te propose de revoir « tes principes ». Pourquoi ? Est-ce bien parce que la carte de fidélité, appelée carte Voyageur, est aussi source de récompenses. De la même façon que ta carte Séphora ou Décathlon d’ailleurs. Un petit -25% parce que c’est ton anniversaire, un petit -10% parce que c’est le trentenaire du wagon-bar, une autre ristourne parce que c’est le début de l’année…

Et si cela coïncide avec les dates de tes prochains trajets prévus et bien c’est toujours un petit bonus pour ton porte-feuille.

Utiliser correctement ses codes promos

J’en parlais juste au dessus, si tu fais partie du programme SNCF fidélité (si tu as la carte Voyageur donc), tu pourrais être récompensé de plusieurs codes promos au fil de l’année. Pour en bénéficier au mieux, je te conseille de suivre l’astuce de tata Charline.

Déjà tu dois savoir que contrairement à ce que tu t’imagines, la promotion que tu recevras (un -25% admettons) n’est pas valable sur ton trajet aller/retour, mais sur la première portion de voyage que tu réserveras. En l’occurence sur la portion « aller » donc. Dans le cas où ton billet retour est plus coûteux que ton billet aller, il est préférable de réserver ces billets « à l’envers ». C’est-à-dire, d’acheter d’abord son retour en utilisant le code promo, puis, dans un second temps, son trajet aller sans réduction. Car, si tu n’es pas une énorme quiche en mathématiques, tu sais qu’un -25% sur un billet à 80 euros est plus intéressant que la même réduction sur un trajet à 37 euros.

Et voilà, on dit merci qui ?

Espérer que ton TGV ai un max de retard

Bon, j’admets, un retard de train, ça n’est jamais un bon moment. Surtout quand tu restes coincés de longues heures au milieu des voies sans grandes informations.

La bonne petite nouvelle cela dit, c’est que la SNCF est désormais dotée d’une assurance qui dédommage les passagers qui ont subi un trop long retard de TGV. Cela correspond à un pourcentage sur le prix de ton billet. Evidemment, on serait tenter de penser que réclamer son « dû » suite à un retard est un parcours du combattant long et décourageant, mais pas du tout. La SNCF est très transparente avec cela et obtenir son dédommagement n’est pas compliqué. Même si, c’est vrai, que cela peut prendre un peu de temps.

Guetter les réductions sur les cartes… de réduction justement

Dans ce billet, je n’ai pas parlé des cartes de réductions payantes (carte jeune, carte sénior…) qui permettent de faire d’énormes économies, à condition de faire un peu plus d’un long voyage par an. Je n’en ai pas parlé parce que j’estime que c’est un fait suffisamment répandu pour que tout le monde soit au courant.

Ce que l’on sait un peu moins par contre, c’est que ces même cartes de réductions sont régulièrement proposées à prix réduits. il faut donc guetter les opportunités sur le web et en guichets.

Et, enfin, ce que l’on sait encore moins c’est que l’on peut acheter sa carte de réduction durant une opération spéciale, et l’activer quelques mois plus tard. Ainsi, si on se dit, « oh chic, la carte jeune est à -50%, mais dommage, car la mienne a encore une validité de 4 mois », eh bien sache que tu peux acheter ta carte jeune à tarif préférentiel tout de suite et faire démarrer sa date d’activation dans 4 mois.

Pas bête non ?

Voilà. Si le TGV, je te l’accorde est encore un moyen de transport coûteux, j’espère que tous ces petits conseils te permettrons de faire des petites économies lorsque tu voyageras avec la SNCF.

Et toi, tu as des petites astuces à partager pour voyager en TGV ? 


author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

12 Comments

  1. Hello Charline!

    Moi aussi j’adore voyager en train, mais en TGV hein, parce que j’ai abandonné le TER depuis belle lurette pour aller travailler! En fait, je n’aime pas conduire, du moins pas sur de longs trajets alors à moi le TGV, la carte jeune (pour encore 2 ans, ouf) et les bons plans en réservant tôt, moi qui aime me préparer en avance mes petits et grands voyages…

    J’espère que tu te plais dans ton nouveau chez toi et Monsieur Patate DOIT rester ;)

    Bonne journée!

    Anaïs

  2. Je prends assez souvent le TGV et possède la Carte Jeune ainsi que la Carte Grand Voyageur et merci pour toute tes astuces ! Je ne connaissais pas l’idée du billet « à l’envers! » je le garde en tête pour ma prochaine réservation de trajet ! En revanche, toujours en 1ère et sur une place isolée. Pourquoi ? Pour les prises disponibles et la place pour les jambes !

    A bientôt,
    Joy

    • Ahaha, c’est vrai que moi je fais 1m64 alors la place pour les jambes… ;) je me contente aisément de la seconde classe.
      Par contre je ne savais pas qu’on pouvait choisir sa place en première. Merci du tuyau Joy et à la prochaine !
  3. Pourquoi ne pas dematerialiser ta carte avec le programme voyageur ? tu peux la dematerialiser dans l’application SNCF ! Et hop tout dans le mobile c’est plus smart !
    • Yes ! Great astuce :D
      Moi je suis de la team carte. Tout est dématérialisé dedans et je préfère tendre ce petit bout de carton au contrôleur plutôt que mon smartphone. Question de préférence. :)
      Merci de ta venue. A bientôt !

Laisser un commentaire