Trois jours entre les murs de Saint-Malo

Rare est ce genre d’article sur mon blog. Celui où je consacre un billet entier à l’une de mes dernières excursions. Du coup, dans ma tête aujourd’hui, j’ai l’impression d’être en train d’écrire une carte postale très longue de mon séjour à Saint-Malo. En espérant faire un peu mieux que lorsque j’écris une carte postale en fait.

Trou dans l’emploi du temps, sous sur le compte, envie de vent, de plein air, de calme et de lit moelleux. Voilà comment, un peu plus d’une semaine avant la date de départ, mon amoureux et moi, nous nous sommes retrouvés à réserver un petit hôtel dans les murs de Saint-Malo, en Bretagne.

La Bretagne, c’est toujours une bonne idée !

Cela pourrait être un dicton inventé par un Breton le seul jour de l’année où le climat dépasse les 30°C. Mais non, c’est bien moi qui l’affirme objectivement tellement cette région est riche en tout point : des paysages tout le temps changeants, une gastronomie fabuleuse et puis, évidemment, toute la puissance et la bienfaisance de l’océan.

Saint-Malo c’est pratique : de la gare Montparnasse à Paris, le TGV met environ 2h50 à rejoindre la côte. Et 15 minutes de marche plus tard, on atteint l’intérieur des remparts de cette mythique citée corsaire. Pour ce court séjour, nous déposons vos valises à l’hôtel Le Grand Bé. Ancien hôtel des impôts récemment réhabilité. L’établissement est tout neuf et ouvert seulement depuis le 12 janvier 2018. Terriblement austère à l’extérieur, le confort et l’esthétisme de l’intérieur contrebalance à merveille. La réception est surmontée d’un splendide puits de lumière habillé d’une gigantesque armature blanche. Cette structure étonnante et changeante (en raison des lumières variables qui l’habillent) est sans conteste la pièce maitresse du lieu.

On regagne notre chambre : petite mais terriblement confortable et bien aménagée.

Evidemment, les premières heures de notre séjour sont consacrées à la découverte de cette citée bordée de remparts. On se perd dans ses petites ruelles, on gagne le mur d’enceinte qui nous fait faire le tour de la citée comme suspendu au dessus de la foule. On flâne devant les petites échoppes de souvenirs, les boutiques de fringues où la marinière est reine et les moults lieux de gastronomie qui me font inlassablement saliver. Saint-Malo est touristique mais n’en n’oublie pas d’être une ville fonctionnelle. Elle ne croule pas sous les « attrape-touristes » et la majorité des boutiques non franchisées ont un petit cachet qui n’est pas pour nous déplaire.

Mais à marée basse, on s’écarte de l’intra-murros pour rejoindre la plage et le Fort National. Enfin, on part explorer Le Grand Bé, l’île du même nom que l’hôtel (euh, non, l’inverse en fait), dont l’accessibilité se fait uniquement lorsque la mer s’est retirée. Seuls, le soir, sur cette petite colline isolée face à la citée dorée par le couché de soleil, on a le sentiment de vivre quelque chose de magique et de terriblement plaisant.


Le lendemain, la météo nous a fait un cadeau en installant le soleil dès le levé de rideau. Nous décidons de sortir des remparts pour longer la côte Sud et espérer un peu plus de tranquillité et de pleine nature. Sans trop réfléchir, nos pas se laissent guider sur une infime portion du GR 34. Nous ne sommes pas déçus de ce choix de balade : la lumière dévoile de très jolis paysages jusqu’à cette plage tranquille et ensoleillée à côté du barrage de La Rance. C’est définitif, soleil, plage et vent frais seront les thèmes de la journée.



En grands amateurs de délices gastronomiques et, plus généralement, de « bonne bouffe », nous avons trouvé notre bonheur à Saint-Malo. Aussi, nous nous sommes délectés des produits de la mer au Café Simon où les noix de Saint-Jaques étaient cuites et assaisonnées à la perfection. De même, le restaurant Le Borgnefesse (un nom pareil, ça ne s’oublie pas) fut la garantie de plats goûtus mitonnés maison. J’y ai aussi mangé le plus appétissant des fars breton, léger, avec la quantité parfaite de pruneaux : un somptueux délice dans un gâteau à la simplicité pourtant déconcertante. Bien évidemment, je ne saurais que vous conseiller de goûter un kouign-amman à la maison du même nom. Vous n’aurez aucun mal à repérer le lieu dans la rue principale de Saint-Malo. Et comme nous n’avions pas l’intention de repartir sans déguster une petite galette, c’est à la crêperie Le Corps de Garde que nous nous sommes délectés d’une traditionnelle galette à l’andouille de Guémené. Pour couronner le tout, le petit déjeuner de notre hôtel nous a semblé particulièrement princier. Viennoiseries, œufs, cake à la banane et au chocolat, charcuteries, fromages, pains en tous genre, confitures qui dépotent : tu vois la scène de diner-spectale orchestré par Big Ben et Lumière dans La Belle et La Bête ? Eh bien, là, pareil !

Un peu de bien-être

La dernière journée, pluvieuse et grisâtre nous a servi de prétexte parfait pour nous octroyer un moment détente. Si nous avons longuement réfléchi à l’idée de nous rendre aux thermes nationaux, c’est finalement la flemme qui nous a conduit à tester l’espace bien-être au sous-sol de notre hôtel Le Grand Bé. Un espace qui se veut novateur et hybride car un plus d’un classique sauna et hammam, le lieu se pare d’une douche à neige, d’un circuit de douches sensorielles (douches aux huiles essentielles), d’un lit « zero gravity » et d’un matelas à hydrojets. Si je ne reviendrais pas sur les premiers équipements, classiques, il me faut, bien évidemment t’en dire un peu plus sur ces deux dernières curiosités. 

Le matelas à hydrojets pour commencer : il s’agit d’un matelas rempli d’eau sur lequel une seule personne est allongée. Des jets à l’intérieur du lit viennent ensuite masser avec plus ou moins d’intensité les différentes zones du corps, de la nuque à la plante des pieds. La séance est relaxante et tonique en même temps. On sent tout particulièrement l’eau « rouler » sur les parties les plus noueuses du corps et effectuer de petits mouvements de vague pour détendre et apaiser les muscles.

Quant au lit « zero gravity », laisse moi te le décrire tel que la réception nous l’a présenté : il s’agit d’un lit sur lequel on s’allonge avant que le sommier ne se retire pour laisser l’impression d’être couché en apesanteur, comme si notre corps flottait, sans sentir de contact en dessous de lui. En vrai, j’avais surtout l’impression d’être allongée sur une bâche nonchalamment étendue sur la piscine chauffée de tonton Jacky. Si l’invention semble novatrice et unique en France, la sensation, elle, n’a pas vraiment d’intérêt à mon sens.

Heureusement, nous restait les traditionnels hammam et sauna qui agissent toujours parfaitement sur moi et me laissent dans un irrésistible état de détente absolue. Une dernière petite tisane enfoncé dans nos peignoirs duveteux et il est malheureusement déjà l’heure de remonter dans le train.

Trois jours, cela passe vite, mais grâce à toutes les richesses que nous offre Saint-Malo et l’hôtel Le Grand Bé, nous avons pleinement profité de chaque minute de notre séjour. Et comme à chaque fois que je lui rend visite, la Bretagne me rappelle combien je l’aime et combien elle m’est bénéfique.

Et toi, tu connais Saint-Malo ? Comment as-tu trouvé la citée corsaire ? 


author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

6 Comments

  1. Ah là là, ton article est tellement beau, les photos sont magnifiques <3 Forcément ça touche la corde sensible chui que Bretonne d'adoption mais ultra chauvine et je suis contente que vous ayez passé un bon moment ! Par contre j'ai beau habiter à côté je crois qu'un jour je vais devoir trouver une excuse pour aller tester cet hôtel, rien à péter ! ^_^
    Bisous
    PS : le fameux matelas m'a fait une impression cheloue quand j'ai vu ta photo et ta description m'a pas mal fait rire, pour moi on dirait que tu t'es échouée en mer après un saut en parachute et que tu t'es fait un radeau avec ta voile… ça a l'air particulier ! ^_^
  2. Coucou Charline !!!
    Ton article me donne tellement envie de revoir la mer… Plus que 15 jours à tenir avant de fouler les plages vendéennes en compagnie de mes deux poilus :)
    Et oui, St Malo je connais sur une journée et j’ai apprécié. Un truc à faire quand tu es dans cette région mais avec une voiture pour se rendre au point de départ : la traversée de la baie du Mont Saint Michel à pied. Un souvenir inoubliable pour moi.
    Belle journée
  3. Coucou Charline (enfin re-coucou),

    Tu me donnes envie de voyager! Ayant passé une grande partie de mes vacances d’été en Bretagne étant enfant, cela me donne très envie d’y retourner. Et un massage en plus, le rêve!

    Bonne journée
    Lauriane

Laisser un commentaire