Pourquoi j’ai décidé de courir La Parisienne

Il y a un peu plus d’un an, je discutais avec mon amie Mané de mon envie de me mettre à la course à pieds. « Inscrit toi à une course ! C’est la meilleure des motivations » m’a-t-elle dit. Convaincue qu’elle avait parfaitement raison, mais terrifiée par ce challenge qui s’élevait comme un insurmontable mur, j’ai mis l’idée de côté. Mais en un peu plus d’un an, l’idée a dû tracer son petit bonhomme de chemin, car il y a une poignée de jours, je me suis inscrite à ma première compétition de running : La Parisienne.

Courir.

D’aussi loin que je me souvienne je n’ai jamais aimé cela.

Au collège, j’étais toujours la dernière à terminer mon parcours en cross. Dernière aussi à finir ses tours de stades. Immanquablement, j’étais toujours la petite grosse qui n’arrivait pas à bouger son cul. Je courais 30 mètres, marchais 60 et ne comprenais toujours pas comment l’on pouvait s’épanouir dans ce genre d’activité sportive.

Pourtant, courir, sur le papier, je trouve ça fabuleux. Cette idée de pouvoir prendre une paire de baskets, un short et de partir courir, n’importe où et n’importe quand. Sans compter le fait de voir la course comme une balade. La possibilité de prendre l’air, de voir plus de choses, de parcourir plus de kilomètres en moins de temps.

Les gens qui courent et qui prennent du plaisir à courir, je les ai toujours enviés. Car, de mémoire, lorsque je cours : je sue, je crache mes poumons, j’ai un point sur tous les côtés et une paire de jambes qui m’assomment de me remettre à marcher.

Toutefois, il y a quelques semaines, alors que je partageais en story Instagram mes labeurs sportifs à la salle de muscu, l’une de mes abonnées est venue me faire un petit coucou. Manon (c’est son nom) m’a demandé s’il m’arrivait de courir. A cela, elle a également ajouté « Un petit défi comme La Parisienne, ça te donne pas envie ? ».

Cette course de running au cœur de Paris, j’en avais déjà entendu parlé. Je savais qu’il s’agissait d’une compétition exclusivement féminine où des nanas vêtues d’un tee-shirt rose étaient invitées à se dépasser. Et, vaguement, je me souvenais que cette course avait une portée caritative en reversant une partie de sa recette à une association de lutte contre le cancer du sein.

Mais c’est en parcourant le site officiel et les différents témoignages trouvés sur les internets, que je suis tombée sur un paragraphe qui m’a fait « tilt ». Un petit bout de texte qui décrivait La Parisienne comme une course destinée aux femmes qui viennent de se remettre au sport. Le texte érigeait cette compétition un premier challenge pour donner envie de se dépasser. Et j’ai tout de suite vu, là, la possibilité de rendre des comptes à mon ancien moi qui peinait à se bouger.

La course flirte avec les 7km, soit une distance parfaite : plus « chalengeuse » qu’un 5km mais moins insurmontable qu’un run de 10 km.

Alors j’ai discuté avec Manon, je lui ai fait part de mes doutes, de mes appréhensions mais aussi de mon envie et de ma curiosité face à ce sport. Alors, un jour, grisée par un élan de motivation, je me suis inscrite et j’ai pris conscience du vrai challenge en voyant ce message arriver dans ma boite mail : « dossard numéro 9029 ».

Ma préparation a débutée dans la foulée. Non sans sueur et visage rubicon. Avec Manon, nous gardons le contact pour nous motiver mutuellement en attendant de pouvoir aller courir ensemble. Enfin, pour ce tout premier challenge, je me suis fixé les deux objectifs personnels suivants : la réaliser sans jamais marcher et passer sous la barre des 50 minutes.

J’y crois ! Et puis pour me motiver à aller courir en sortant du boulot, je garde en tête ce crédo douteux : « plus j’en chie aujourd’hui, plus je kifferai le jour J ! »

Bien sûr, en me renseignant à propos de cette compétition, j’ai trouvé plusieurs avis négatifs à son sujet. La course est par exemple très chère (45 €) pour cette distance et la part reversée à l’association est finalement assez minime. J’ai également vu pointé quelques failles sur le plan de l’organisation. Mais qu’importe, ce défi sera mon challenge et je me conforte en me disant que j’aurais l’immense privilège de courir sur les Champs Elysées.

Sérieux, si on avait dit à la petite grosse du collège qui crachait sur le bord du stade municipal, qu’un jour j’irais courir sur les Champs Elysées… 

Et toi, est-ce que tu participes à cette Parisienne 2018 ? Est-ce que tu y as déjà participé et quel a été ton ressenti ?

Crédit photo : Freepik


author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

6 Comments

  1. Bravo !
    J’en suis toujours à l’étape je crache mes poumons et je me demande comment les gens peuvent aimer ça..
    Pourtant j’habite à la campagne donc pas de club de sport ni d’asso à disposition pour me remettre au sport donc ça serait la solution…
  2. Top !
    Je me suis mise à courir il y a 4 mois maintenant. Contexte de départ identique au tien : jamais aimé ça, je cours 2 min et je n’y arrive plus, plusieurs essais au cours des 10 dernières années, ç n’a jamais marché.
    Et en avril, le déclic, il faut que je retente, et là, le miracle : 4 km en 32 minutes ! Victoire personnelle. Aujourd’hui j’en suis à 7 km en 47 minutes, ce n’est toujours pas le bonheur total dont parlent tous les autres qui courent et ça reste un effort, mais c’est moins affreux que ce que j’aurais cru et parfois même plutôt plaisant !
    Bref, je crois et j’espère y avoir pris goût et surtout que l’envie va rester !
    Bonne chance à toi pour LaParisienne !
  3. Coucou Charline,

    Pour avoir fait la Parisienne l’an passée, je ne suis pas d’accord avec les avis sur l’orgnasiation. Cela est au contraire très organisée! Perso, j’ai adoré l’ambience, même si sur le parcours on disait que l’on passait sur les champs Élysée et que je ne l’ainpas vu (le passage était trop court).
    Pour ce qui est de la description de toi en sport, c’etait Moi en collège lycée. Si mes profs de sport de l’époque me voyaient courir, faire du fitness, ils en reviendraient pas. Moi qui détestaient ça.

    Pour ce qui est de la course, je ne sais pas si tu connais l’astuce pour courir, mais je le faisais au début, surtout mais c’est rapidement devenu un automatisme. Quand je cours je fais à peu prêt entre 7 et 8 inspirations et expirations par foulée. En fait, il ne faut surtout pas accéléré ton souffle en courant, c’est comme ça que l’on a des points de côté. C’est un truc que mon homme m’a appris, que je ne connaissais pas du tout :) et depuis qu’il’m’a expliqué ça, bah je tiens beaucoup mieux en course.

    Bonne course La Parisienne,
    On se verra peut être l’an prochain, si mon dos me fiche la paix.

    Belle journée à toi
    Lauriane

  4. Coucou Charline,
    Je t’ai déjà félicitée sur instagram et j’en remets une couche ici :) Je suis sûre et certaine que tu vas y arriver et que tu vas exploser tes objectifs !!
    Je pense qu’on est beaucoup à se reconnaitre dans la description de la collégienne/lycéenne que tu fais… Etant devenue un peu accroc au sport depuis deux ans, je pense que mes profs n’y comprendraient rien non plus !! En tout cas, bon entrainement pour cette course et méfie toi, tu vas vraiment finir par participer à un 10km puis un semi-marathon dans quelques années ;) Belle journée
  5. Bravo c’est déjà super !! :D Je suis sûre que tu peux y arriver, il suffit d’être régulière dans tes entraînements et de persévérer, même si c’est difficile ! De mon côté j’ai toujours détesté courir, d’ailleurs la première fois que je suis allée courir j’ai craché mes poumons et au bout de 7 minutes je me suis écroulée par terre ^^
    Puis après les fois suivantes ont été aussi difficiles, mais j’arrivais toujours à tenir quelques minutes de plus. Après j’ai arrêté pour ensuite recommencer, et ça m’a aidé au début d’alterner course et marche rapide. Aujourd’hui j’aime courir et si je ne cours pas une semaine je suis en manque, et j’ai couru même mon premier semi-marathon il y a 2 ans !! :D Et pourtant je suis une des moins sportives de la famille… ^^ Bref, moi je crois en toi !! :) Et bonne course !! :D

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.