Les conseils beauté et hygiène de vie destinés à l’ado que j’étais

Il m’en aura fallu du temps pour comprendre que ma vie d’adolescente fut parsemée de boulettes que j’aurais aisément pu éviter. Evidemment la plus grosse d’entre elle reste le fait d’avoir choisi l’Allemand comme deuxième langue vivante, mais cette erreur-ci n’entre pas dans le registre de l’article qui suit.

Il fut un temps, la communauté de blogueuses étaient en émois devant un challenge qui consistait à se maquiller comme on le faisait dans notre adolescence. Si j’avais moi même réalisé ce petit défi, vous auriez été nombreuses à pointer du doigt toutes les coquilles aberrantes que je faisais à l’époque en matière de beauté et d’hygiène. Il faut dire qu’à ce moment de ma vie, il y avait tout un tas de choses pour lesquelles je n’avais aucune connaissance ou bien seulement quelques idées compléments erronées.

10 ans plus tard, avec le recul, la maturité et une bonne dose d’expérimentation, voici les conseils essentiels que j’aurais aimé recevoir à l’époque. Et cela dans les domaines de la beauté et de l’hygiène de vie.

Et si parmi les lecteurs de cet article, certaines d’entre vous ont entre 13 et 16 ans, considérez que c’est de l’or que je vous offre et une bonne grosse avance sur les 10 prochaines années. Ne me remerciez pas, laissez moi plutôt un commentaire avec la mention « lu et approuvé ». Je préfère.

Mais bref, je cesse de m’encenser et m’en vais livrer, de ce pas, 5 conseils beauté et hygiène de vie à destination de mon moi d’il y a 10 ans.

La base : se démaquiller quo-ti-die-nne-ment !

Depuis ta plus tendre enfance, Charline, on t’as appris à t’essuyer après avoir fait la grosse commission. De même qu’on a appris à dire « merci » après qu’on t’ai offert quelque chose et « pardon » après qu’un rot se soit furtivement échappé de ton gosier. Et bien, se démaquiller après s’être maquillée, c’est la même ! Une règle de base à respecter tout au long de sa vie. Cela évitera à tes yeux de coller dangereusement entre eux. Par ailleurs, le démaquillage épargnera ton oreiller qui ne sera plus le champ de bataille d’une armée de fond de teint trop foncé assaillant un mascara bien gras et ténébreux. Et plus généralement, il évitera de transformer ton faciès en visage de zombie au petit matin et les jours qui suivront.

Même si tu as la flemme, démaquille-toi ! Et non, il n’y a pas de « mais… » qui compte !

Utilise autant de serviettes hygiénique que tu le désires

Avec du recul, ce dont je vais te parler me semble ahurissant et d’une logique particulièrement particulière. Mais bref, à l’époque de mon adolescence et de mes premières règles, je m’imaginais que je me devais de ne changer de protection hygiénique que le midi ainsi que le soir (la nuit étant une autre affaire dont nous ne parleront pas aujourd’hui). Ce qui, je te l’accorde, est complètement con.

Mais à l’époque, j’aurais inévitablement aimé qu’une grande personne me dise, sans prendre de gants, qu’il n’y a pas de règles (enfin, si, mais ça c’est un jeu de mots de merde) et qu’on peut bien changer de protections hygiénique dès qu’on se sent dans l’inconfort. Et cela peut être au bout de 4h (comme je le croyais), comme au bout de deux heures et même au bout d’une heure seulement si on ne se sent pas à l’aise ou qu’on manque de confiance. Il n’y a aucune raison de se torturer l’esprit. Si ta serviette hygiénique, Charline, te cause inconfort, honte ou désagréments, tu la change au profil d’une nouvelle, toute blanche et toute propre et c’est reparti. T’as compris ?

Cesse de tripoter tes boutons

Je sais que c’est frustrant de laisser gonfler et murir l’énorme spot qui a pris naissance sur ton menton. Mais tu sais très bien que si tu y touches, même un tout petit peu, tu vas le charcuter avec tes doigts dégeux’. Il va alors se transformer en vilaine plaie et question discrétion tu sais aussi très bien que tu aurais préféré garder le-dit bouton.

Et, par pitié ne les camoufle pas sous d’épaisses couches de fond de teint

Alors là, tenter de camoufler le bouton éclaté avec du fond de teint pâteux et, certainement, d’une teinte non adaptée, c’est la pire des conneries. A moins de te refaire entièrement la façade façon enduit, tout le monde ne remarquera que ton spot, plus gros que ton propre pif.

Hydrate toi le visage

Comme quasiment tous les camarades de mon âge, j’avais, à cette époque, la peau lourdement grasse. Aussi, par méconnaissance du sujet, j’imaginais que cette dernière n’avait nullement besoin d’une hydratation supplémentaire qui n’aurait fait qu’aggraver le teint luisant que je me coltinais tous les jours. Erreur. Evidemment. Qu’importe la nature de la peau, il est important de lui apporter une hydratation suffisante. A l’époque, à vrai dire, je l’asséchais d’autant plus, avec mes nettoyants puissants signés Biactol et mes gommages trop fréquents. Ma routine aurait, à l’époque, été plus douce si j’avais nettoyé mon visage au Cilit Bang. Assurément. 

Parmi ces conseils, est-ce que, adolescente, tu aurais aimer en recevoir certains ?
Et surtout, quels autres conseils tu aurais aimé entendre quand tu avais 14 ans ?


author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

4 Comments

  1. A l’adolescente que j’étais, je dirais de faire davantage confiance aux conseils d’un livre, d’un adulte de confiance ou d’un médecin que de forums sur internet et de poser le plus vite possible les questions que l’on se pose sur son corps.
    • C’est vrai, c’est tout à fait légitime. Je constate d’ailleurs avec du recul, qu’à l’époque, je ne mettais pas bien souvent le nez dans les bouquins lorsqu’il s’agissait de piocher des conseils de vie… :/

Laisser un commentaire