In « capote » we trust, une histoire de pourcentage et de contraception

J’ai trois foutues phobies dans la vie. La première : arriver au péage et m’apercevoir que je n’ai pas d’argent. La deuxième : les gens qui saignent du nez. Et, enfin, la troisième : tomber enceinte. Et c’est ce dernier cas de figure qui est au centre de ce dont on va parler aujourd’hui.

Sur la boite de capotes Durex qui traine plus ou moins dissimulée dans ma table de nuit, il est indiqué une fiabilité de contraception de 98%. C’est pas mal 98%. Ca veut dire que sur 100 rapports sexuels, seulement deux peuvent laisser entrouvrir une petite brèche, favorable à la fuite de quelques spermatozoïdes malins. Et pour que cette mini évasion débouche sur une grossesse, il faudrait encore que les débrouillards trouvent la voie jusqu’à l’ovule et qu’à la ligne d’arrivée, le boss final ne manque pas au rendez-vous. Beaucoup de supposition en soit. Alors, de ce point de vue, 98% finalement, c’est presque 100%.

Voilà le postulat que je m’étais figuré il y a quelques années et qui me rassurait quasiment totalement.

Mais cela c’était jusqu’au jour où mon gynéco a grimacé quand je lui ai dit que j’utilisais le préservatif pour me protéger. « Arf… La capote* c’est pas l’mieux ». D’ailleurs, je me souviens, qu’à la manière d’un coiffeur me conseillant d’adopter une petite coupe au carré, mon gynéco a aussi ajouté : « vous, j’vous verrais bien avec un stérilet ! ».

Mais là n’était pas la question. Moi je m’étais arrêté sur sa première injonction : « comment ça le préservatif c’est pas l’mieux ? ». Pourcentage à l’appui, il m’a expliqué que cette barrière mécanique n’était pas ce qu’on faisait de plus fiable. Et « choisir sa contraception » est formel, en pratique le pourcentage de confiance à attribuer au préservatif s’abaisse à 85%.

Une question de pourcentage

Autant 98 c’était presque 100, autant 85, d’un coup, ça change considérablement la donne.

A partir de ce jour j’ai sacrément remis en question la confiance que j’avais en ma boite bleue. Je suis devenue spécialisée en contrôle qualité dès que monsieur venait à revêtir sa panoplie, je me suis montrée pointilleuse sur le positionnement de l’objet entre chaque round et, évidemment, j’ai opté pour des mesures drastiques de sécurité au moment du bouquet final.

Mais, malgré tout cela, je doutais encore.

Je doutais tellement que chaque retard de règles, chaque douleur suspecte dans le ventre ou la poitrine, chaque nausée ou chaque symptôme un tantinet nouveau s’érigeait en potentielle suspicion de grossesse non désirée.

Plusieurs fois, je me suis retrouvée à uriner sur une bandelette, le corps tremblant, stressée, attendant d’être rassurée. Et, dieu soit loué, à chaque fois, une seule et unique barre s’est affichée. Un test négatif faisant cesser la panique comme l’on éteint un feu à grand renfort de lance à incendie. Cela en même temps que je me disais que j’avais peu-être été parano à imaginer un foetus envahir mon utérus alors que rien, vraiment rien, ne le laissait vraiment présager.

Jamais tranquille 

J’ai changé de contraception, pour un truc techniquement fiable à 99,7%. Une contraception hormonale qu’on ne risquait pas d’oublier d’enfiler, qui ne viendrait pas à se déchirer ou à glisser entre deux passements de jambes.

Je n’ai jamais oublié de recoller mon patch, je ne l’ai jamais perdu à la piscine, et de manière générale, je n’ai jamais eu aucun souci avec ce type de contraception. Mais après plusieurs semaines de bons et loyaux services, j’ai un jour pensé : « mais, attend, si, désormais sous contraception hormonale, mes règles ne sont plus de vraies règles mais un saignement déclenché par la chute d’hormones, alors, par quels moyens repérer si je suis enceinte ? ».

Dans un but de garder tout sous étroite surveillance, j’ai entrepris la mise en place d’un protocole rigoureux de contrôle à effectuer tous les trois mois. Sur la base de pipi, bandelette et stress dans les toilettes. Un test scrupuleusement positionné pour me permettre de me retourner et d’envisager une IVG si le code d’urgence était déclenché. La phobie, nous fait nous projeter très très loin. Même avec une fiabilité de 99,7%.

Mais suis-je seulement la seule à être aussi suspicieuse dès qu’on me dit qu’un risque existe, même s’il est minime ?

Alors serais-je un jour en phase avec ma contraception ? Je veux dire, qu’en bien même on me ligaturait les trompes de Fallopes, pas sûr que je ne m’imagine pas enceinte à la première tension ressentie dans les seins. Pas sûr que si je cumule préservatif et contraception hormonale, une petite voie ne vienne pas me faire suspecter dès que retard de règles il y a. Parce qu’en finalité, la seule période de ma vie où j’ai été « in peace » avec ma contraception fut celle où mes rapports sexuels étaient inexistants. 

Et peut-être que j’aurais aimé le savoir avant. Peut-être que j’aurais aimé qu’on me dise que malgré toutes les inventions extraordinaires et fiables à plus de 90%, je n’aurais jamais l’esprit tranquille avec ma contraception. Que c’est comme ça, que ça ne changera jamais et qu’il me faudrait toute ma vie me montrer studieuse et rigoureuse pour éviter à tout prix l’inattendu. De la même façon que je vérifie tout le temps la présence de mon porte-monnaie dans mon sac à main avant de m’embarquer sur l’autoroute, je ne ferais jamais confiance à 100% dans ma contraception.

Et toi, comment vas la confiance que tu portes en ta contraception ?

(*) : oui oui, il a vraiment utilisé ce therme : « capote ».


Résultats du concours du 20 avril avec Newpharma
Bravo à Scalepa qui remporte le lot de produits de parapharmacie.
J’ai essayé de te contacter par mail mais l’adresse semble invalide. Merci de m’envoyer un mail à l’adresse charline@unecheapfille.com avec en objet « concours Newpharma ». Sans réponse de ta part avant le 9 mai, je serais contrainte de tirer quelqu’un d’autre au sort, merci.
Quant aux autres, merci pour votre participation.
Au passage, un autre concours est en cours sur mon compte Instagram, venez m’y rejoindre ;)


author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

36 Comments

  1. Je te comprends tellement même si j’ai envie d’avoir les enfants, j’ai envie de choisir quand et du coup il y a toujours ce stress avant que mes règles arrivent de font-elles arriver et la joie qui s’en suit ! Même si comme toi je prends toutes mes précautions, ce stress perdure toujours !
    • Ca me rappelle un truc que j’avais vu il y a trèèèèèès très longtemps et qui disait (en substance), qu’ado, on était dégouté d’avoir ses règles tous les mois. Alors, qu’adulte, on voit ce moment comme une bénédiction :D (quand on ne désire pas d’enfant du moins).
  2. Coucou Charline,
    Alors moi je n’ai jamais eu ce stress… J’ai toujours pris ma pilule correctement pendant de nombreuses années et pendant quasi 2 ans, mon stérilet au cuivre m’a apporté encore plus de sérénité. Alors oui, le risque 0 n’existe pas mais comme tu le dis si bien, pour que les spermatozoïdes trouvent la petite brèche malgré les efforts de protection, c’est la faute à pas de chance !! Et comme j’ai tendance à croire au karma, je ne stresse pas là dessus :) Belle journée
    • Tu as complètement raison et j’aimerais avoir ta sérénité. Mais j’ai tendance à grossir le tableau. Si le risque existe, même s’il est minime, il me faut prendre toutes (j’ai bien dis TOUTES) les précautions nécessaires. Mais heureusement, tout le monde n’est pas aussi psychorigide que moi. ;-)
  3. Parmi mes copines nombreuses sont celles qui sont tombées enceintes sous pilule ou stérilet pour une première ou deuxième grossesse. Heureusement que les bébés surprises étaient souhaités à plus ou moins terme mais ça les a toutes laissé scotchées et soucieuses quant à l’après grossesse.
    Ne pas savoir, attendre, se faire des films … il faut aimer vivre avec ces modes de contraception. :/
    Une capote tu sais de suite s’il y a un « pépin ».
    • C’est ce que je me dis aussi. Avec le préservatif, on est capable de détecter le moment à risque et de se tourner vers la contraception d’urgence. Alors que lorsqu’on voue une confiance quasi totale en la pilule (et autre moyen de contraception qu’on « oubli »), peut laisser de mauvaises surprises. Et qui dit mauvaises surprises, dit aussi : déni de grossesse. Et là, en terme de phobie, on frôle la crise cardiaque ;)
  4. Coucou Charline,

    En voilà un sujet bien intéressant. La contraception et moi on est pas des potes. Peut-être parce que j’ai toujours eu des soucis gynéco. Je n’ai jamais vraiment bien réagi à la pilule et il faut dire que je suis même tombée enceinte avec. Pourtant je t’assure que je la prenais à heure très régulière. Bref, depuis j’ai un bonhomme de 5 ans qui est venu s’installer ^^
    Après ça, je suis passée au stérilet et là, ça a été très compliqué merci les réactions aux hormones et autres difficultés que j’ai dû affronter et dont je n’ai pas le coeur d’en parler ici.
    Finalement avec mon chéri on est retourné à notre vieille habitude de quand on s’est rencontré, les capotes et là plus de soucis avec mes hormones, mes règles étaient régulières. Et puis quand l’envie de bébé 2 s’est présenté et bien plus besoin de protection.
    Bref, tout ça pour dire qu’il n’y a pas de contraception fiable à 100%, qu’il faut bien choisir celle qui nous convient le mieux. Et puis on tombe enceinte que lorsqu’il y a ovulation et que tout le reste est en bonne disposition pour une fécondation.

    La bisette,
    Sophie

    • Tu as raison Sophie, il est important de bien réfléchir à sa contraception pour se sentir le mieux possible avec. Après tout, le fait que ton corps la supporte, que ta vie amoureuse (ou pas d’ailleurs) n’en pâtisse pas, c’est la priorité. Et quand bien même on ne lui voue pas une confiance sans limite, prendre ses dispositions n’est finalement pas une énorme contrainte.
  5. Je me sens vraiment moins seule. Mais moi c’est parce que je suis tombée enceinte malgré quelques précautions. Le risque 0 n’existe pas. Mais les cas sont tout de même rare. C’est vrai que j’ai de moins en moins confiance en un avis médical. Sous prétexte qu’on n’a pas d’enfants, on n’a pas le droit de nous poser un stérilet. Il n’y a pas grand chose à faire mais tu dois en parler c’est important.
  6. Coucou Charline,

    Je me sens moins seule avec la phobie du saignement de nez. Je reste totalement bloquer à côté de la personne qui saigne du nez, va comprendre.
    Pour la contraception, en fait au début j’étais stressé. J’ai même fait un test, en croyant que j’étais enceinte (merci la pilule qui provoque des douleurs aux seins). Test negatif, ouf, après quelques mois à être en couple c’était bien stressant. L’oublie de la prise à heure fixe aussi de la pillule m’a bien stressé. Grâce au médecin généraliste mais en fait y’avait une marge de 12h… merci le Gyneco pour la précision. Bref, maintenant ça fait un peu plus de deux ans avec mon homme, et l’âge aidant bah ça m’inquiète moins. Mais je comprends que ce soit un stress pour toi, et que tu es besoin de te rassurer avec le test de grossesse. Par contre, le gynéco qui dit la capote c’est pas génial, ouais enfin les MST non plus! Donc bon, quand on démarre une relation ou non il faut quand même y penser. Enfin bref.

    Bon mercredi,
    Bises
    Lauriane

    • Salut Lauriane !

      Bien sûr, lorsque mon gyneco parlait de la capote pas géniale, il n’interférait pas du tout avec la prévention MST. Là on parlait vraiment uniquement de contraception dans le cadre d’une vie de couple stable et après test sanguins. Tout était donc parfaitement « en règle » ^^.

      Grâce à ton commentaire, j’ai toutefois appris qu’il y avait une « marge d’hormones » dans la prise de la pilule à heure fixe et, j’avoue, je n’étais moi même pas du tout au courant. Si j’imaginais cette marge à deux ou trois heures, je ne savais pas qu’elle s’était en fait à douze heures ! :D

      Bon, sinon, je voudrais qu’on revienne deux secondes sur ta première phrase. En vrai, je suis presque contente de trouver quelqu’un qui partage ce souci. Clairement, pour moi, cette phobie a rongé les années ado de ma vie. Ca semble exagéré comme ça, mais pourtant… Savoir que quelqu’un me comprend (enfin !) sur ce domaine là, en fait, ça me fait beaucoup de bien.

      Passe une très bonne journée et à bientôt
      La bise

  7. Ouaaaah, 85% de fiabilité pour les capotes? J’apprends ça! Nous on utilise que la capote depuis mon premier accouchement et je t’avoue que je n’ai pas envie de retomber enceinte, alors savoir que la fiabilité n’est pas de 98% comme je le pensais, ça me fout un petit coup de stress… Je suis pas super à l’aise non plus avec tout ce bazar de la contraception, je veux pas d’hormones chimiques mais en même temps le reste n’est pas bien ultra fiable. Du coup, je fais au mieux et puis, ce qu’on ne peut pas maîtriser, nous verrons sur le moment! :D
    • L’avantage du préservatif, comme disait quelqu’un un peu plus haut, c’est qu’en cas de pépin, tu t’en rends vite compte. Et cela te permet aussi d’envisager la pilule du lendemain. Techniquement, avec la capote, on devrait éviter le coup sournois de la grossesse bien dissimulée. :)
  8. Non tu n’es pas la seule, c’est normal de se poser des questions. Mais pourquoi ne pas cumuler préservatif + contraception hormonale ? C’est peut-être beaucoup, mais pour avoir l’esprit tranquille, ça vaut peut-être le coup d’essayer.
    • Alors, c’est une bonne question. La vérité c’est que si je cumule les deux, ma libido tombe à zéro et là, clairement, bon, ba oui, aucune chance pour que je tombe enceinte.
      Tu me diras, on peut dire que la contraception dans ce cas, est efficace à 100% ;)
  9. Je me reconnais un peu dans ces quelques lignes… Un accident de préservatif est si vite arrivé, je ne me sentais plus tranquille d’avoir cet unique moyen de contraception, alors je me suis mise à la pilule.

    Par contre j’aimerais bien savoir d’où sort ce 85% quand même ! Parce qu’à moins de craquer le préservatif je ne vois pas comment on peut tomber enceinte lors d’un rapport. Et les patchs c’est bien joli m’enfin ça ne protège pas des IST… Aucun moyen de contraception n’est parfait, hélas

    • Quand on évoque les 85% de fiabilité du préservatif c’est justement parce qu’il y a ce risque de rupture (ou de « glissement »).

      Certes, le patch ne protège pas des IST mais là il est uniquement question de contraception, dans le cadre d’une vie amoureuse stable et après avoir fait tous les tests en vigueur ;)

  10. J’adore ta description poétique du rapport sexuel :D
    J’avoue que ça me fait flipper aussi (mais je ne fais pas de tests de grossesse tous les 3 mois lol), pourquoi tu ne combines pas capote et contraception hormonale du coup?
    • Hey salut !
      Ravie de te lire ici :)

      Bon, moi je reconnais que je suis vraiment une névrosée avec mes tests tous les trois mois ^^. C’est vrai que l’idée de combiner préservatif et pilule n’est pas stupide. Mais tout cela génère pas mal de contrainte qui, immanquablement font chuter ma libido. Au passage, il est pas extrêmement moche ce terme : « libido » ?

      A bientôt en tout cas !

  11. Hello ! Moi j’ai décidé de mettre un stérilet au cuivre en 2014 après 10 ans de pilule, marre de manger des hormones. Et comme ce sont mes vrai règles qui arrivent tous les mois, je saurais si y’a un bébé qui arrive sans être désiré.
    Mais j’ai toujours eu confiance en ma contraception.
  12. Ah oui tu flippes beaucoup d’une grossesse si tu fais des tests tous les 3 mois. Pour moi c’est pilule mais comme je prends un autre traitement tous les jours je ne l’oublie pas je prends tout ensemble!
    Faut dire que les histoires de contraception pour nous les filles c’est compliqué.
  13. Perso, je suis plutôt confiante dans la contraception. Par contre, j’ai une amie infirmière qui est du genre à te raconter tous les bugs possibles. Résultat, comme j’ai été sous antibiotiques à plusieurs reprises ces derniers mois et même si ils ne font pas partie de ceux diminuant l’effet de la pilule que je prends selon la notice, je fais des tests de grossesse juste au cas aussi. Je me sens un peu moins seule maintenant du coup ;) . Bonne soirée à toi.
  14. Merci Charline pour cet article, je me sens moins seule ! Même phobie de mon côté, j’ai été plus de 10 ans sous pilule (sans en oublier une seule), et puis marre des hormones… Je suis passée au stérilet cuivre il y a deux ans et j’en suis vraiment contente ! Je suis ravierav voir arriver mes vraies règles tous les mois ! Je pense souvent à la ligature des trompes mais il parait que c’est réversible (et même qu’on s’en rend pas compte, l’angoisse !) Haha.
    • 10 ans sans oublier une seule fois sa pilule, chapeau bas !
      J’apprends quelque chose concernant la ligature des trompes, réversible dans certains cas. Comme quoi, même la plus « extrême » des méthodes de contraception n’est pas sans faille…
  15. Aaaaah la douce angoisse des fins de mois…. J’étais plus ou moins comme toi quand j’étais sous pilule, pas à faire des tests de grossesse aussi régulièrement mais toujours à me dire « mais vu qu’elles ne sont pas vraies, comment je le saurais si un jour ça foire ? ». Le pire c’était quand ça ne se déclenchait pas le jour prévu. Là on n’était pas loin de la guerre nucléaire dans ma tête !

    Je suis passée sous stérilet depuis 1 an à peu près, après plus de 10 ans de pilule(s), dont la dernière qui m’a complètement déglinguée (zéro libido, soucis gyneco dont on se passerait bien et surtout un état dépressif qui est parti du jour au lendemain… Alors que mon médecin disait que ça n’avait rien à voir…. Mouais….)

    Pour le coup, le stérilet m’a apporté beaucoup de sérénité par rapport aux grossesses indesirées.
    Ce n’est pas la solution miracle non plus, ça a aussi des inconvénients, dans mon cas grosses douleurs des hanches jusqu’au genoux, type cruralgie. Là non plus les médecins ne m’ont pas écouté. C’était rien, ça allait passer, en gros j’étais une chochotte…. Heureusement j’ai trouvé une ostheo géniale qui m’a confirmé qu’il était mal placé et a réglé (jeu de mot, ramucho) le souci \o/

    Par contre, les filles en commentaire dont le gyneco ne veut pas poser de stérilet car nullipare : fuyez ! On n’est plus dans les années 50!
    Et en règle générale d’ailleurs, si votre médecin ne vous écoute pas, n’hésitez pas à aller en voir un autre !

    Bonne journée !
    Mathilde

    • Coucou Mathilde et merci beaucoup pour ton témoignage intéressant et constructif.

      Le stérilet, j’y songe mais j’ai encore peur. Disons que c’est son côté intrusif et le fait que je ne puisse pas le retirer moi même en cas de pépin qui me fait peur. Mais le partage d’expérience, plutôt positive comme la tienne (même si on est pas sur l’expérience la plus parfaite qui soit) est toujours bénéfique.

      Merci bien et à bientôt j’espère !

  16. Coucou Charline,
    Vraiment sympa cet article !
    Bon pour ma part, la contraception n’a jamais été au cœur de mes pensées puisque j’ai la méthode de contraception la plus sure : je suis lesbienne xD Oui j’aime bien deconner avec ça !
    Je comprends ta peur et quand on voit certaines grossesses non désirées arriver par erreur ça fait peur ! En tous cas tu as l’air d’avoir réussi à trouver le bon rythme dans tes contrôles !
    Bonne soirée, bisous
  17. C’est une méthode qui a fait ses preuves, en effet ;)
    hihi :D
    C’est bête mais j’aime bien voir qu’on plaisante avec ce genre de choses (plus ou moins tabous).
    Merci pour ton commentaire Bérengère, a bientôt !
  18. Alors moi la seule chose que je peux te conseiller c’est de ne pas prendre de contraception à hormones ! J’ai pris la pilule pdt des années, j’ai arrêté car nous voulions un enfant et là j’ai vu la différence et je me suis jurée de ne jamais rebouffer d’hormones ! Je te conseille de lire « j’arrête la pilule », cela te permettra de mieux comprendre. Je suis sous stérilet en cuivre, mes règles ne sont pas une partie de plaisir mais ce n’est jamais vraiment le cas finalement ! Je pense que niveau fiabilité c’est assez sûre (je ne connais pas le chiffres) mais pour ma part je ne transmets pas de fausses informations à mon corps, je continue d’avoir une ovulation (que j’arrive à sentir) et si jamais un embryon s’accroche, le stérilet cuivre, par action mécanique, va tout arracher et tu le verras bien dans l’intensité de tes règles ! Si tu as des questions j’y répondrai avec plaisir !

Laisser un commentaire