Le henné pour camoufler ses cheveux blancs, est-ce un bon plan ?

Il faut bien l’admette : tata Charline, du haut de ses 26 printemps, a des cheveux blancs. Alors, pas beaucoup, même pas une mini poignée, mais au milieu de sa tignasse sombre, ils jurent comme des sacs plastiques en Méditerranée.

En ce qui concerne les rimes plus ou moins voulues de l’intro du dessus, je suis en mesure d’assumer. En ce qui concerne mes cheveux blancs, en revanche, je ne suis pas encore certaine de les assumer. D’ailleurs, depuis quelques mois je commence à nourrir l’envie de jouer « l’entre deux » et de les camoufler un tant soit peu.

En vrai, ça ne serait pas un problème si je ne faisais pas 1m64 et que la majorité de mon entourage, de bien plus grande taille, n’avait pas vue plongeante sur mon crâne poivre et sel. Et, « curieusement », le poivre et sel, va bien mieux à George Clooney qu’à une nana lambda de 26 ans.

En vrai j’exagère, je ne les hais pas tant que ça mes cheveux blancs. Mais, j’avoue, que si je trouvais le moyen de les dissimuler un peu et pour pas grand chose, je ne cracherai pas sur la jolie l’opportunité.

Cette façon de les dissimuler sans grands efforts et sans y laisser un rein, je pensais l’avoir trouvé dans mon magasin bio. Il y a quelques semaines, c’est au rayon capillaire que je tombe sur un emballage de henné persan couleur châtain. Le tout, pour un peu moins de 7 €, autant dire : pas la ruine. Le voilà le bon plan ? Et bien, rien de certain…

J’admets avoir été d’entrée de jeu, très séduite par le prix et le naturel de ce type de coloration. D’autant qu’à l’époque, Marie du blog ShakerMaker m’avait fait miroiter avec son henné gloss qui rendait sa tignasse mega brillante et carrément sexy. Alors, voilà, zou, je me suis mise en tenue de combat pour faire vivre plusieurs heures de conspiration à mon crâne mi châtain-latin, mi blanc-grand-maman.

A l’application, le henné ne ressemble pas vraiment à ce que je connais d’une coloration classique. Même s’il se dilue dans de l’eau avant d’être utilisé, le henné n’en reste pas moins une forme de terre assez friable et sèche. Gare au désastre donc. C’est d’ailleurs simple : à la première utilisation, j’ai tout bonnement transformée ma salle-de-bain en allée centrale de Botanic, avec son lot de terreaux collant jonchant le sol. D’ailleurs, tu m’excuseras mais dans le but de préserver mon matos photo de tous dégâts, j’ai préféré ne pas photographier cette étape.

Une fois, tes racines, tes pointes et la moitié de tes oreilles habillées de cette mixture dont l’odeur s’approche plus des épinards moisis que du dernier Lancôme, il est temps de passer à l’étape la plus sexy : celle qui consiste à enrubanner ta tête dans du célophane. Oui, oui, comme si tu étais une barquette de lasagnes. Pour plus de sécurité, je les enroule à nouveau sous une seconde couche sexy : ma super serviette micro-fibre Décat’ à la couleur rose pétante. Et dans cette épreuve, qui sait si cette couleur est importante.

3h.
Trois heures c’est long.
Mais j’ai voulu mettre le paquet pour espérer un rendu un peu marqué. Et vraisemblablement, ça n’était pas encore suffisamment long.
J’imagine que je n’ai pas besoin de te pondre soixante lignes explicatives et que les images parlent d’elles même pour te montrer que mon henné n’a pas eu grand effet. Même après après trois heures de pause.
3h.
Trois (fucking) heures !


Alors, effectivement, mes cheveux blancs, en trois heures, ont eu le temps de se parer d’une légère tonalité jaunâtre. Pas suffisant donc pour les camoufler au milieu de leurs congénères châtains foncés.

Tu le vois le malin là, au milieu ?

Pour conclure ce billet, je te laisse avec cette « citation » de Jo, ma toute nouvelle coiffeuse en région parisienne : « Ah, oui, le henné ne prend pas sur les cheveux blancs ». Merci Jo, si seulement, je l’avais su avant…

Mais toi alors, as-tu déjà testé le henné ? En as-tu été satisfaite ?


author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

17 Comments

  1. Alors si, camoufler les cheveux blancs avec du henné c’est possible, mais pas de la façon dont tu t’y es prise. ;) Pour ça, il faut que tu fasses un henné en deux temps :
    1) une pose au henné naturel (roux donc) pour déposer une base sur les cheveux blanc et que les pigments de ta coloration s’accroche ensuite.
    2) une pose de henné de la couleur souhaitée.
    Au départ, avec cette méthode, tes cheveux blanc seront encore un poil visibles, mais ils fonceront au fur et à mesure des applications de henné. A la longue, fini les cheveux poivre et sel !

  2. Coucou Charline!
    Une odeur d’épinards moisis, c’est tout à fait ça! xD
    J’ai déjà testé le henné roux il y a plusieurs années et j’étais ressortie presque rousse malgré mon châtain foncé! C’est le résultat que je voulais, d’ailleurs avec ton article je me demande si je vais pas refaire ça juste avant l’été histoire d’avoir une tignasse un peu moins terne… Mais fais attention du coup si tu veux tester ça peut bien changer ta couleur. ^^ J’espère que tu trouveras une solution cheap et efficace!

    • Oui, j’ai eu un peu la crainte de découvrir ma couleur de cheveux sous un tout autre apparat. Et c’est pour cette raison que j’ai bien visé le paquet « châtain » dans mon supermarché bio. Mais c’est un fait, même si je n’ai pas dépensé beaucoup pour ce subterfuge, c’était tout de même de l’argent un peu jeté par les fenêtres ^^.

  3. Coucou Charline, alors alors… Je sais qu’il existe une technique pour couvrir les cheveux blancs avec le henné, j’ai trainé pendant des années sur un forum où il était question… Eh ben de henné, et je me souviens avoir entendu parler de cette fameuse technique. Malheureusement je ne me souviens pas des détails, je peux seulement te dire que ça se fait en deux applications, et qu’il faut choisir un henné spécial pour la première application, si je ne dis pas de bêtises. Fais quelques recherches si tu es motivée !

    • Oui, en effet, quelqu’un un peu plus haut m’a parlé de cette technique. Je te l’avoue, je ne sais pas si j’aurais le courage de me replonger la dedans. L’application n’est pas des plus pratique et les temps de pause, n’en parlons pas. Quand je sais que pour une dizaine d’euros je peux avoir un ton sur ton un peu moins naturel mais complètement fonctionnel, je crois que je suis plus tentée de me rabattre sur ce genre de procédés… Je sais, c’est peut-être la technique de la flemme qui l’emporte sur celle du développement du naturel…

  4. Coucou Charline !

    Il paraît que les couleurs logona ne demande pas de technique en 2 temps. Mais je n’ai jamais testé.

    28 ans et 2 enfants, je me retrouve aussi avec des cheveux blancs. Sauf que pour le moment je les garde ! La flemme de faire une couleur chimique ou naturel. Parce que les cheveux ca repousse et quoiqu’il en soit faut toujours en refaire. Même si j’ai envie de me laisser tenter parce que depuis ma dernière grossesse et l’eau calcaire de chez moi, j’ai attrapé des cheveux ternes mi transparent, mi châtain. Mais la flemme l’emporte pour le moment sur l’esthétique ! Alors je ne fais rien. J’attendais tellement ton article pour avoir ton avis. J’avoue je suis déçue.

    Des bisous ma Belle !

    • Coucou Amandine,
      Je crois que pour le moment je vais te rejoindre sur le fait de garder ses cheveux au naturel. Peut-être qu’il faut cesser de faire une fixette sur ces petits cheveux blancs qui sont finalement perceptibles surtout par nous-même. Je vais laisser passer l’été, et à la rentrée je me pencherai peut-être sur une nouvelle coloration naturelle.
      Merci pour ton commentaire et ton passage ici, à bientôt.

  5. Bonjour Charline !!
    Je fais du henné depuis plusieurs années pour le même problème que toi des cheveux blancs très jeune … j’ai fait énormément de coloration chimique et vraiment le henné c’est le top !! Plus tu en fait plus tes cheveux sont beaux, doux et brillants à souhait !! Je fais pour ma part du henné rouge qui donnes de beaux reflets sans trop foncer et couvre en une application parfaitement les cheveux blancs.
    Essaies la marque Khadi c’est vraiment top pour débuter, le mélange de poudre est déjà fait ce qui te fera éviter le 2 temps .
    J’adore te lire meme si je ne commente jamais !!
    Bisous

    • Hello Lory,
      Comme à chaque fois qu’un « lecteur de l’ombre » sort du silence, je suis ultra-super-extra enthousiaste ! :D
      Je crois que mon supermarché bio dispose de coloration de cette marque. J’y jetterai certainement un œil lors de mon prochain passage. Pour voir s’ils ont quelque chose qui pourrait convenir à ma couleur et à mes envies.
      Au plaisir et à bientôt ! ;)

  6. Hello !
    Pour ma part, je n’ai pas encore de cheveux blancs mais j’utilise des poudres colorantes naturelles de la marque Khadi depuis deux ans maintenant. En châtain clair elles me font de jolis reflets cuivrés avec un effet super naturel. Je ne suis pas prête de m’en passer ^^.
    Merci pour ton article !
    A bientôt !

    • Décidément, deux commentaires à propos de cette marque en seulement quelques minutes ! Elle mérite peut-être que je m’y intéresse un peu alors :).
      Merci de ton passage en tout cas et à très bientôt dans un prochain article !

  7. Alors d’abord cette coupe te va à ravir. Ensuite MDR les épinards moisis c’est exactement ce que j’ai eu l’impression d’avoir sur la tête pendant ma coloration végétale.
    Perso je suis hyper déçue elle dégorge à chaque shampoing et elle a déjà vachement affadie :/ bref.
    Le henné je tenterai peut être du coup je suis plus à ça près. <3 fuck les cheveux blancs !

    • Ahaha alors merci pour ton compliment sur ma coupe me fait plaisir mais bon, il faut savoir que depuis j’ai changé entre temps :)
      En revanche, je suis assez surprise par ce que tu me dis concernant la couleur végétale, moi qui voyait ça comme quelque chose de génial et au rendu super chouette. Dommage… :)

  8. Hello Charline ! Tout tout pareil premiers cheveux blancs à 25 ans et aujourd’hui passée la trentaine un nid de cheveux blancs au niveau des tempes. Si je fais une queue de cheval je ressemble à un putois.
    Honnêtement j’ai renoncé à me colorer les cheveux la flemme des racines et tout et puis j’aime bien ma tête au naturel. Mes cheveux blancs ne me gêne pas j’assume, le plus compliqué reste l’entourage avec des remarques genre : « pourquoi tu ne te colores pas les cheveux » et gnagnagna mais je m’en fiche
    Commentaire inutile en gros sauf que la phrase « une coiffeuse en région parisienne » ça m’interpelle. Si tu as un bon plan sur Paris je suis preneuse ;)

    • « Si je fais une queue de cheval je ressemble à un putois » Ahaha, cette phrase m’a fait beaucoup rire. Cela dit, tout comme toi, pour le moment, je renonce à me les colorer à nouveau. Je me dis que pour l’instant je préfère les laisser au naturel et je prendrais certainement une nouvelle décision d’ici plusieurs mois voire plusieurs années. ^^
      Sinon, et bien concernant ma nouvelle coiffeuse et bien je ne crois pas avoir d’informations super intéressantes à te communiquer. Je suis allée faire couper mes cheveux dans un salon tout à fait classique de Levallois. J’ai aimé le rendu de ma nouvelle coupe mais bon, voilà rien de fifou et puis, comme tu l’auras compris, je n’ai pas fait de coloration. :)

Laisser un commentaire