La frange : ce cas faussement délicat

Si l’on vivait dans un monde construit autour des stéréotypes, le souci que je vais aborder aujourd’hui, figurerait dans la longue liste des uniques problèmes féminins quotidiens. Ainsi, aux côtés des douleurs produites par les escarpins, de l’incapacité à faire un créneau et des soucis pour s’occuper des enfants, figureraient forcément : le dilemme de la frange capillaire.

« Frange ou pas frange ? »

La question s’est immiscée dans les méandres de mon cerveau au printemps dernier. Alors que j’étais en pleine réflexion capillaire à un moment où, lassée de mon actuelle coupe, j’avais envie de changement sans trop en faire. Rappelons au passage que, ce genre de période de métamorphose, apparaît comme être une phase cyclique chez n’importe quelle gonzesse.
Alors cette question n’a cessé de hanter mon esprit comme le cruel dilemme le plus important de ma vie.

Ridicule.
Outrageusement indécent.
Terriblement puéril.

C’est ce que j’aurais dû conclure de moi même avant d’assommer mes amis, ma mère et ma plante verte, pour savoir si, oui ou non, je devais aller m’assoir sur un siège de simili-cuir, souffler un bon coup et stresser pendant qu’un professionnel du bulbe me guillotine 4 centimètres de cheveux.

Mais, à cette époque, j’ai fini par me décider seule, devant un carnet petits carreaux, une colonne « avantages », une colonne « inconvénients » griffonnées devant mes yeux. Ma réflexion a été encore plus poussée avant d’aboutir. Ainsi, j’ai fini par constater que, l’été approchant, il s’avérait certainement préférable de ne pas avoir a arborer un rouleau de masse capillaire sur le front. Lequel serait, forcément, assujetti à transpiration outrancière et à l’inconfort permanent que cela génère. Sans parler d’esthétisme douteux.

Voilà.
Problème résolu.

frange_cheap_fille

Ou plutôt reporté.
Puisqu’au début de l’automne (nous y sommes) le questionnement a nouvellement émergé.

« Alors, maintenant que la période estivale critique est passée : frange ou pas frange ? »

J’avais l’impression d’essuyer une nouvelle averse de problématiques futiles. Et, à nouveau, mon cerveau et moi même avons entamé un conseil d’administration pour décider du ressort de mes tiffs. Ce fut un long moment brainstorming entre café, tableur excel et bruits de stylos sur le papier avant que retentisse l’alarme de la raison.

La même alarme qui a sonné lorsque je me demandais si je devais me faire percer les oreilles. La même, encore, que le jour où je réfléchissais à, si oui ou non, je devais prendre mes billets d’avion pour l’Islande. Toujours la même sonnerie, lorsque j’hésitais entre aller à ce concert où rester chez moi à mater des séries.

Car à force de peser le pour, d’alléger le contre (et vice versa), on en oubli que la problématique soulevée n’en ai pas. Que cette histoire de frange, tout le monde s’en tamponne le bigoudi, et qu’au final toute cette réflexion a fait beaucoup de bruits, pour pas grand chose.

Pour quelques centimètres de cheveux en moins, concrètement.
Et cette réflexion là, autour de la frange n’est-elle pas symptomatique ?

Allégorie d’un phénomène beaucoup trop récurent qui tend à exagérer les moindres futilités du quotidien ?

Sur ce, je te laisse, je file. J’ai rendez-vous chez mon coiffeur.

author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

9 Comments

  1. Haha, franchement la ton article topissime. Franchement, les uniques problèmes,féminins quotidiens et on s’en tamponne le bigoudis, franchement tu trouves toujours de superbes expressions. D’ailleurs, en ce moment mon gros problème du moment qui préoccupe tout le monde (ironie quand tu nous tiens): j’ai une grande envie de me faire percer les oreilles. Mais bien sure, j’hésite. Lol, je vais sûrement franchir le pas prochainement mais c’est vrai que la liste de pour et de contre… bref, je crois que surtout d’un point de vue capillaire on peut tout tenter, puisque de toute façon ça repoussé. Mais, c’est vrai que la frange pose beaucoup de problème de réflexion. J’en ai déjà eu une, et l’entretien –. Bref, l’important c’est que ça te plaise!
    Bon week-end
    Lauriane
    • Fais toi percer les oreilles !
      Franchement, qu’est-ce que tu risques ?! :-D

      Au pire, dans quelques années tu laisse la nature faire et le tout se reboucher. J’ai gardé un piercing 7 ans au cartilage avant de me dire : allez, zou, ça m’agace, je l’enlève. Je ne regrette ni l’avoir fait, ni l’avoir retiré. :-)

      Bref, aujourd’hui est le jour où j’ai décidé d’aller me faire couper une frange !

  2. Comme toi j’ai eu beaucoup de mal à sauter le pas la première fois… Mais franchement une frange ça repousse tellement vite que tu n’as pas le temps de la regretter ! Le plus dur c’est de l’entretenir pour la garder !
    Finalement pour moi c’est la mèche en été et la frange en hiver (que j’essaie de couper toute seule pour pas passer toutes les 2 semaines chez le coiffeur…!)
    Mais c’est dingue quand dès qu’on touche à nos cheveux c’est sacré, on n’ose pas le changement. :)
    • Vu que l’hiver arrive dangereusement, je vais suivre ton schéma :-) Et après, j’expérimenterai aussi dans ma salle-de-bain. Et si une catastrophe se produit, je n’aurais qu’à dire que c’est de ta faute. ;-)
  3. Aloha

    Frange Addict depuis plus de 3ans, je ne peux que te dire de viiiite rejoindre notre Cercle des Franges Frappées!! Car oui, malgré un coup de ciseaux rapide pour la créer et quelques épingles tirées pour l’entretenir, elle change réellement une coupe! En plus, il y a « frange » et Frange ». Tu peux te permettre les plus détaillées, lisses et nettes tout comme une frange débraillée à l’effet coiffée- pas coiffée! Tous les styles sont permis pour jouer avec ces quelques 8 à 10 cm de tifs!

    Bref, je ne peux que te la conseiller et puis bon, en avantage tu peux aussi rajouter sur ta petite liste, que cette jolie frange est ta meilleure amie pour cacher les premières ridules sur le front! Si c’est pas cadeau çà!

    à Bientôt
    CherryTree Couture

    • « En plus, il y a « frange » et « Frange » »

      Tu sais qu’à cause de cette phrase j’ai passé 20min sur Google images hier ? ;-)

      PS : c’est trop long une frange pour cacher les pâtes d’oies en même temps ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.