La faute à l’algorithme

Je ne t’aime plus Instagram ! Voilà, c’est dit, j’ai craché le morceau et ne peux plus revenir en arrière. Oulala, j’ai désormais terriblement peur des représailles, peur que ce fameux algorithme se retourne contre moi, grignote un à un tous mes followers et s’en aille avec le contenu de mon frigo, la moitié de mon compte en banque et peut-être bien avec mon mec aussi.

C’est un fait, Instagram me déçoit considérablement en ce moment. Et tu l’auras peut-être remarqué à mon manque de présence là bas depuis quelques temps. Même si, en vrai, je sais pertinemment que tu n’as rien remarqué du tout. Car à force de trop suivre, trop publier et trop scroller, on ne fait plus attention à personne.

Mais là n’est pas la question.

De la triade Facebook, Twitter, Instagram il y a toujours l’un d’entre eux qui m’inspire beaucoup moins. Et à tour de rôle, le mouton noir change de visage. Quand j’ai fini par faire abstraction des débats stériles sur Twitter et des fake news propagées par Facebook, voilà que c’est désormais Instagram qui m’ennuie.

Pour expliquer ce désengagement de ma part et de le part des poignées de followers qui se désabonnent chaque jour de ma page, je pourrais soulever l’hypothèse de l’algorithme.

Ah le fameux algorithme !

Ce fameux petit mécanisme obscur qui fait que le contenu que l’on déroule sur Instagram est la résultante d’un savant calcul mathématique programmé pour nous montrer les publications que nous sommes le plus susceptible d’apprécier. Ce fameux algorithme sur qui l’on rejette aisément la faute et à qui l’on reproche d’être à l’origine de la perte de vitesse du réseau social. Une perte d’engagement de la part des utilisateurs, et une perte de motivation pour ceux qui ont pris un vrai plaisir à utiliser Instagram.

Parfois, j’avoue que j’aimerai aussi pointer du doigt ce même algorithme pour expliquer mon compte en banque qui se tari ainsi que les chiffres sur ma balance qui ne descendent pas. Car quelque part, cette histoire d’algorithme, je n’y crois.

Effectivement, je constate que beaucoup d’utilisateurs n’ont pas la visibilité proportionnelle à leur nombre d’abonnés. Et effectivement, ce faible taux d’impression (environ 50 %) lorsque l’on dépasse les 10 ou même les 100 mille abonnés, n’a rien de bien motivant, je le conçois. Pour expliquer ce souci technique, il est évident qu’il n’y a pas d’autre explications que les désastres de l’algorithme.

Peut-être bien qu’Instagram s’est tiré une balle dans le pied avec ce système sensé faire plaisir à tout le monde. Peut-être bien qu’il a été le battement d’aille de papillon qui provoque un ouragan au Sri Lanka. Mais de là à lui attribuer tous les tords…

Et si Instagram avait fait son temps en manquant certainement d’innovations pour se renouveler ?

Aujourd’hui, je le remarque, les nouveaux utilisateurs ne sont plus que marques, agences ou profils destinés à influencer. J’ai le sentiment que les utilisateurs de la première heure n’existent plus. Ceux venus juste se divertir, regarder quelques jolis clichés et se faire plaisir. Poster une ou deux photos de leur chat, par ci par là. A leur place désormais, une armada de profils avides de marketing gratuit et d’une nouvelle visibilité.

Sans compter qu’à force de trop s’abonner, de trop suivre et de trop dérouler, on fini peut-être par oublier d’apprécier. D’aimer vraiment une photo et de lire attentivement sa légende. La course aux likes et à la photo la plus réussie a peut-être balayée l’essence de ce réseau social qui permettait de partager des petites séquences de vie à la façon de Polaroïds (plus ou moins ratés), placardés sur le frigo familial.

Pour expliquer également cet ennui d’utilisation, je voudrais pointer du doigt tous les clichés vus, revus, copiés et mille fois déclinés. Il n’y a plus la petite étincelle du début, le petit « whaaa » que je laissais échapper en découvrant un cliché splendide d’un paysage inexploré. Aujourd’hui je perçois chaque publication (et même, par extension, chaque story) comme une petite serrure sur le quotidien formaté de milliers de gens que je connais à peine. Et, le pire dans tout cela, c’est que j’ai parfaitement conscience d’appartenir à ces gens là. A copier ce qui a été fait, à dévoiler des bouts améliorés de ma vie et, surtout, à espérer une reconnaissance pour cela.

Ce ne sont que mes hypothèses, et toi, quelles sont les tiennes ?

author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

34 Comments

  1. C’est tellement agréable de te lire Charline, tu as une si belle plume ! Concernant Instagram, c’est vrai que c’est devenu difficile de s’y faire une place et surtout on ne voit que des marques et des pubs désormais ! C’est tellement dommage, ce réseau avait pourtant de si belles qualités au départ !
    • Coucou Chris,
      Comment te dire que ton commentaire me fait tellement mais ô tellement plaisir ! :) Je t’aime.
      Sinon je pense que tu as bien résumé la situation « trop de pub, trop de marque, trop de sponsoring ». « Trop » en fait, serait suffisant.
  2. Coucou Charline,

    Instagram est un réseau que j’ai toujours adoré. Les photos me faisaient voyager. Et puis, tu t’abonnes, et tu t’abonnes. Plus le temps passe, moins j’ai de like mais j’approche des 200 abonnés pourtant. Et les legendes, pas mal de gens passent à côté et moi-même sur certains comptes. Mais, cette homogénéisation des photos, et les sponsorings de certains comptes à gogo me plaît de moins en moins. Et avant, pour les concours Instagram, juste commenter suiffisait. Maintenant, il faut inviter des amis, suivre les comptes des marques. Alors, finalement, je fais le ménage dans mes comptes que je suis. Rassures toi, je te suis toujours mais la, Instagram me perd petit à petit. Je n’ose même plus poster certaines photos pour partager simplement par ce que je les estime pas assez bien.
    Et maintenant, les hashtags doivent être différèrents sous chaque photo… et certains sont bannis.
    Bref, j’aime de moins en moins ce réseau. Mais j’espère que ce n’est qu’une passade et qu’Instagram va revenir à quelque chose de plus attrayant.

    Bon week-end
    Lauriane

    • Bonjour Lauriane,
      Comme toi, je n’ose parfois pas poster de photos parce que je me dis qu’elles ne sont pas en osmose avec mon feed et puis, je me pose de plus en plus de contraintes alors je ne prends plus de plaisir à photographier et publier. Et c’est peut-être de ce fait que les « amateurs » n’osent plus et laissent le champ des possibles à ceux qui font le marketing.
      Très bon week-end à toi aussi.
      La bise !
  3. je suis également déçue… au final je ne vois que les stories ou les photos des mêmes personnes. Je rate plein de chose ! Du coup je me rends même pas compte des absences des utilisateurs ou non. J’ai également beaucoup moins de vu et perdu une ceinture d’abonnés :/ . J’ai des comptes bidons qui viennent s’abonner / se désabonner dans la seconde. Bref moi qui adore instagram me voilà bien déçue.
  4. J’ai aimé Insta, j’y ai passé des heures (non pas au bureau)(c’est pas vrai!), il m’a inspiré plus d’une fois.. Mais tout comme toi je délaisse ce réseau de plus en plus. Et à vrai dire je ne remet pas entièrement la faute à l’algorithme.. mais aux utilisateurs. C’est devenu un lieu de consommation comme un autres, les abonnés ont de plus en plus d’abonnements, ne prennent pas le temps de lire les posts car il y en a beaucoup (trop). Il a perdu cette authenticité que j’aimais au début, des photos imparfaites, des moments de vie. C’est désormais la course aux clichés parfaits, aux comptes qui se ressemblent tous… Arrrf j’suis déçue !
    Mon dieu en me relisant j’ai l’impression d’être ma vieille tante aigri ! ahahah
    • Comme toi, je pense que les utilisateurs, seuls, ont eu plus d’influence que l’algorithme sur la perte de vitesse de ce réseau social. Eh non, pas de panique, tu n’es pas aigrie, je te rejoins complètement. :)
  5. C’est un peu comme les blogs en général, cette tendance est réelle mais il y a toujours des réseaux parallèles qui gardent cette authenticité dont tu parles ! à nous de les trouver et de les privilégier, sans rentrer dans le jeu que tu décris :) Personnellement j’aime beaucoup échanger avec un certain nombre de personnes rencontrées via IG, cela crée de vraies belles relations parfois
  6. Même hypothhèse… Instagram a perdu son charme. Moi qui aime tant la photo, je m’accroche tant bien que mal à son esprit originel mais on est vraiment passé à un outil marketing…
    • Des fois, je me dis que je devrais peut-être « remettre mon compteur à zéro » et me remettre à suivre les gens qui m’inspirent vraiment. Retrouver les fondamentaux en soit. Peut-être que je retrouverais le goût des débuts.
  7. Les mises à jours et les souhaits d’évolutions des systèmes est en général à notre plus grande peine ! je trouve ça tellement dommage de toujours changer quelque chose alors je me joins mille fois à l’idée de ton article… C’est chouette de ce dire que l’on est pas seule à penser ça et lire tes quelques lignes me rassure aussi :)
    • Hello Charlène ! :D
      C’est vrai qu’on ne ne va pas se mentir, la nature humaine a bien du mal à se plier aux changements ;) Je pense que le renouvellement est important mais qu’il peut être mal géré. Et, au risque de passer pour une aigrie, j’ai l’impression que dans ce cas, il a été mal pensé.
      Merci de ton commentaire en tout cas.
  8. Instagram est rapidement devenu mon réseau favori (trop de haineux sur Twitter ^^), mais comme toi je constate une forme de « duplicate content » et c’est bien dommage. En ce qui me concerne, je regrette surtout l’impact « psychologique » d’Instagram : à force de regarder des filles taille 34 en crop top, on commencerait presque à se sentir mal dans son corps… Et YouTube, c’est pas mieux. Le voyage de presse Benefit aux Maldives, j’en peux plus ahah. Mais comme tu l’as parfaitement dit à la fin de ton billet, on fait malheureusement tous partie du « game ». Très bel article en tout cas :)
    • Oh nooooooon, moi j’adore Twitter ! Vient me rejoindre, je t’assure que je ne suis jamais haineuse la bas ! Je milite même contre la haine… :) Avec positivisme* !
      Je suis complètement d’accord avec ce que tu dis. Si nous, sommes assez grandes et matures pour faire « la part des choses » et comprendre que la vraie vie n’existe pas sur YouTube ou Instagram, je peux comprendre que cela soit à l’origine de frustrations, voire de complexes, pour les plus jeunes…
      Merci de partager ton avis Daïne :)
      A bientôt !

      * : la nana s’est officiellement prise pour Gandhi :/

  9. Que de vérités dans cet article !!
    Je te rejoins totalement. Instagram n’a plus son charme des débuts. Les comptes qui se veulent parfaits se copient tellement qu’on voit des publications identiques plusieurs fois. C’est de plus en plus dur de gagner des abonnés pour tous ceux qui ont moins de 50k. Si vous voulez faire un tour sur mon Instagram et voir mes photos parfois imparfaites mais au moins uniques voilà mon compte :
    • Coucou Lucile, merci pour ton petit mot ici, je vois que je ne suis pas la seule a penser comme toi. Encore plus quand je lis les autres commentaire au dessus et en dessous du tiens ;)
      Je vais aller jeter un coup d’œil à ton compte, bonne idée :)
  10. Coucou Charline ! Comme toi, je suis profondément déçue de la tournure que prend Instagram ces derniers temps. A vrai dire, j’ai même supprimé mon compte pour le blog et ne garde que mon compte perso. C’est dommage car j’adore ce réseau. Mais entre les dictats du feed parfait et maintenant cet algorithme de malheur… On voit toujours les mêmes personnes, généralement avec le plus de followers, ça favorise les plus gros compte, et malheureusement youtube prend le même chemin. Dur de se faire une place avec tout ça.
    J’ai adoré ton article en tout cas, bisous :)
    • Sais-tu que j’adore ton petit pseudo teinté d’ironisme ? :)
      Je pense que tu as raison, mais même au delà du fait de chercher à « professionnaliser » son compte, Instagram n’est plus divertissant. Peut-être bien parce que tout le monde cherche à se faire une place en fait.
      A méditer…
      Merci de ton passage ici en tout cas.
      A très bientôt
  11. Instagram … J’aurais tellement de chose à dire… Comme tu l’as si bien dit c’est LA course à la photo parfaite et finalement on finit même par s’y perdre soit même dans cet ouragan en Sri Lanka… Tu as les mots justes. Aujourd’hui Instagram m’ennuie. Autant que Twitter le fait & Facebook aussi… Je possède deux comptes pour ma part – celui du blog & mon compte perso bien sécurisé et privé – mais il faut dire que à l’heure actuelle plus aucun des deux ne m’intéresse comme avant. Je n’ai plus cette envie de poster une photo, inutilement, vu qu’elle se perdrait dans la masse immonde de cet algorithme minable. Et on en parle des « je te suis, tu me suis, je te fuis, aller bye » ? … Finalement ça devient du pure égoïsme. Il est difficile de se faire voir aujourd’hui au delà des comptes aux mille et une fortune d’abonnés. On a beau avoir le plus beau feed du monde et avoir un amour pour la photo et l’envie de les partager, finalement on va les garder pour soi bien ranger dans le bordel de l’application ‘Galerie Photos’ de notre téléphone. Et le mieux encore ce sont ceux qui s’abonne lors des concours et se désabonne par la suite. PARCE QUE OUI UN CONCOURS est fait pour REMERCIER les abonnés REGULIERS. Mais il faut croire que pour ça, là, Instagram est doué pour trouver des personnes inconnues au bataillon et qui finalement n’ont qu’un seul intérêt « gagner le rouleau de papier toilette du concours »… J’ai été déçu par Instagram depuis quelques temps maintenant & la question du « est-ce que ça va changer un jour? » n’est plus d’actualités d’après moi.
    Bisous ma belle !
  12. Instagram est pour moi devenu le réseau le plus fake qui soit. Car en effet je ne vois même plus les photos de mes amis, dans le menu explorer je me retrouve qu’avec ds photos marketing alors que je n’ai rien demandé. Comme tu le dis si bien Instagram a perdu cette valeur originale de photos instantanees qui marquent un petit biut de notre vie. Desormais une photo avec un mauvais eclairage ou qui « doesn’t match my feed » comme dirait les anglophones est banni ou interdit de publication. C’est dommage que la mentalite ait changé.
  13. coucou!

    j’ai un peu le même sentiment que toi, l’essence même d’instagram s’est perdue dans tous ces comptes qui pour certains sentent le fake à plein nez!!!t-ce vraiment l’algorithme qui est uniquement mis en cause ou autres parametres que les’ utilisateurs ignorent?
    mais je remarque aussi qu’avec ce nouveau systéme d’algorithme toutes celles qui avaient acheté des followers se retrouvent avec des comptes bourrés de followers mais des likes qui représentent entre 2 ou 3% sur des comptes qui avoisinent pas loin de 8000 abonnes pour certains fantômes!!!! et surtout cela se voit !!! c’est risible car avec il y a tjrs un retour de boomerang….
    maintenant même si tu une communauté et que tu sais la motiver , tu sauras aussi la garder, ce n ‘est qu’une question de temps, mais la vraie question, est-ce si dur de perdre des followers qui ne viennent jamais ou que pour participer à des concours? ou le plus important c’est d’avoir des abonnes fidèles avec une interaction ?
    les comptes pro paient pour avoir une visibilité sur ce réseau, c’est un réseau idéal , flexible, pas cher et sans prise de tête, une photo,un peu de blabla!,

    • « Est-ce vraiment l’algorithme qui est uniquement mis en cause ou autres paramètres que les’ utilisateurs ignorent ? » A moins que ce ne soient les utilisateurs eux-même la cause de ce changement d’attitude générale et de cette uniformisation ?
      :D
      Merci de ton commentaire en tout cas :)
  14. C’est drôle mais je ne ressens pas du tout ça (ar contre j’ai le même sentiment pour Twitter. Je pense que tu te prends juste trop la tête. Pourquoi regarder ses stats si on poste pour le plaisir par exemple ? Ou encore qu’est ce qui t’empêche de poster et de suivre les comptes non marketing ?
    Pour moi ce genre d’article est juste une plainte de ceux qui ne sont pas satisfaits car leur nombre de likes baissent? Cool les gens, y’a plus grave dans la vie…
    • Je pense qu’une partie de toi a raison, qu’on se prend trop la tête et qu’on ferait mieux de s’abstenir de contrôler ses statistiques et de continuer à faire ce qui nous chante, comme on le désire.
      Mais au delà de cela, je remarque que même lorsque je suis passive (on enlève donc le côté publication), je ne me retrouve plus sur mon feed, je ne sais plus vraiment qui je suis, je suis noyée par les publicités qui viennent se greffer toutes les trois publications et j’ai le sentiment de ne suivre que des gens faux dont le quotidien est « photoshopé » à l’extrême.
      Evidemment qu’il y a plus grave dans la vie, mais je ne me sens pas les épaules de me lancer dans la rédaction un article qui parle de la fonte de l’Antarctique, des gens qui vivent sans toit ou d’un potentiel conflit nucléaire…
  15. Salut, ton article touche mes interrogations du moment. Les entités « marketing », les marques et donc encore et toujours la consommation (cette grande vilaine) viennent empiéter et manger les territoires originellement de partage « entre copains », d’espace créatif et d’expression. Voir des feeds standardisés me dépriment souvent. J’ai plusieurs fois réfléchi à mettre un peu de cohérence dans mon propre feed mais ce n’est pas une démarche artistique qui me correspond, alors je reste proche de moi et poste ce que je veux et ça se fait « à la photo ». (J’utilise beaucoup de guillemets dis donc O.o)
    Si cela t’intéresse j’ai écrit y a quelques mois au sujet de ces petits cocons du web engloutis par les stratégies marketing : http://lespenseesdesophie.fr/nostalgie-blogosphere/

    Je viens de te découvrir via la vidéo que tu as faite avec Mélissa, GoldenWendy :)
    Bonne journée à toi

  16. Les sites de réseaux sociaux m’intéressent beaucoup moins qu’auparavant ! Je trouve que Facebook manque désormais d’originalité. Sinon, de temps en temps, je me rends sur Instagram pour publier des photos.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.