Etre en paix avec son corps

A l’évidence, nous aimerions tous être « copains comme cochons » avec notre corps. Hélas, les médias, la publicité, nos relations extérieures et j’en passe… contribuent à nourrir une relation d’amour haine avec notre physique. C’est con, parce que même boursouflé, strié de vergetures, signé de cicatrices, un peu bancal, trop petit ou trop gros, il faut bien reconnaître que c’est quand même bien utile, un corps…

Dans un post de ce début d’année, je témoignais de ma volonté d’être (enfin) en paix avec mon alimentation. Et plus largement que je souhaitais être en paix avec mon corps. Mais comment parvenir à une telle stabilité alors que jamais, ô grand jamais, je me suis sentie bien dans mon enveloppe corporelle.

Aujourd’hui, je te livre donc les petits conseils que j’ai décidé de mettre en place pour rejoindre la voie de la quiétude et espérer, un jour, signer un traiter d’alliance inébranlable avec mon corps, ses bourrelets, ses vergetures et ses cheveux blancs.

« Parfait » et « beauté » ne sont pas des synonymes

Je commence par ce point qui, a mon sens, est le plus important. Et pour l’illustrer, je voudrais te conter une anecdote.

Quand j’habitais Paris, la coiffeuse en qui je faisais confiance, arborait une large cicatrice sur son visage. Une trace visible par tous qui ne gâchait en rien sa beauté. Parce que, vraiment, elle était magnifique cette femme. Je lui trouvais un charme fou, de très beaux yeux et de jolies expressions. Mais sans cette cicatrice, à mes yeux, elle n’aurait été qu’une « jolie blonde parmi tant d’autres ». À mon sens, sa cicatrice était une force, un détail imparfait qui la rendait particulière et encore plus belle.
Et cela parce que la beauté n’est pas forcément là où se trouve la perfection.
Les traces que la vie apposés sur ton corps, ce sont des histoires, des bouts de toi qui te rendent encore plus riche. Parce qu’être parfait ce n’est pas être beau !

Se faire plaisir, sans jugement

Habille-toi comme tu veux, porte ce que tu désires, fais toi tatouer comme tu l’entends, Arbore la couleur de cheveux qui te fais envie ! C’est toi qui est maître de ton corps et tu n’as pas a écouter ce que les autres veulent faire de toi. D’ailleurs, de manière plus générale, fais toi plaisir souvent, sans prendre en considération le jugement. Jamais. Porte une mini-jupe avec ton tout nouveau sac Michael Kors ou porte un sweat et des baskets en piteux état, fait comme tu l’entends, toi. Fais toi plaisir et c’est là le plus important.

S’améliorer, lorsque c’est possible

Etonnement, s’accepter tel que l’on est n’est pas toujours la clé. Parfois, tu peux t’apprécier d’avantage en mettant un peu de grains au moulin. Cela se traduit, par exemple, par le fait de porter des lentilles si tu n’aimes pas ton visage avec des lunettes, de faire une coloration si tes cheveux blancs te mettent mal à l’aise. Ou manger mieux pour perdre les kilos inconfortables qui te gênent. Si tu penses pouvoir t’améliorer pour te sentir mieux. 

Ne pas lutter contre l’inévitable

Scoop : on va tous vieillir. Et notre corps va changer. Et scoop encore plus énorme : c’est normal !  Et tout cela, on ne peut absolument pas le freiner. Dans ta vie entière, tu auras appris à te mettre debout, marcher… Tu auras vu ton corps se transformer radicalement à la puberté. Tu te seras vu grandir. Et un jour ce sont tes seins qui vont tomber, tes cheveux qui vont blanchir, ta peau qui va se friper. Tu penses peut-être que cela ne fait pas du tout envie, que tu vas devenir quelqu’un d’immonde. Mais ça, c’est ce que la société veut te faire croire.

Car vieillir ce n’est pas devenir moche, c’est juste continuer de vivre. Et rien ne sert de lutter contre cet inévitable sablier. Le temps, personne ne peut le rattraper. Quant aux traces de son passage, il est largement préférable de les accueillir avec bienveillance et sérénité.

Se montrer moins intransigeant avec soi-même

Ce dernier point rejoint le point numéro 1. Rien ne sert de chercher à atteindre le corps parfait (qui n’existe pas, je le rappelle). Parfois, il suffit de baisser d’un cran son niveau d’exigence pour se sentir un peu mieux. Se dire que ces petits défauts qui nous sautent aux yeux, peut-être bien que personne ne les remarque. Se demander si ces détails sur lesquels on fait une fixette ne sont pas le fruit d’une remarque qu’on s’est un jour pris en pleine face…

Et pour poursuivre cet article, je ne saurais que te conseiller les podcasts Se Sentir Bien d’Ester Taillifet. Pour apprendre à s’aimer d’avantage, et pas seulement physiquement.

Et toi, ton corps, un ennemi ou un ami ?


author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.