L’échec des cotons lavables

Cotons_Lavables_Chanvre

Je prévoyais la parution de ce billet à une date bien antérieure. Mais tester les cotons démaquillants lavables n’a pas été la mince affaire que je m’étais imaginé. Pas du tout même ! A vrai dire, depuis leur acquisition à la fin de l’été 2015, je suis passée par toutes les phases : tantôt je les déteste, tantôt je les adore, tantôt j’ai envie de les utiliser tout le temps et tantôt je ne veux plus les voir ! Aujourd’hui, après un recul de presque un an, je suis enfin en mesure de t’en parler !

Cotons_lavables_echec

A l’époque, j’utilisais de l’eau micellaire et un démaquillant biphasé pour me démaquiller quotidiennement. Autant dire que des cotons (jetables), j’en passais tout de même pas mal. Un petit disque le soir pour démaquiller mes yeux, puis un plus grand pour débarbouiller l’ensemble de mon visage. Un nouveau petit coton au matin pour les petites éventuelles retouches. De temps en temps, un autre au cours de la journée, utilisé soit pour retirer du vernis à ongles, soit pour nettoyer une trace de mascara sur le rebord de mon lavabo…
Je t’épargne le calcule : à ce rythme, on arrive à quatre cotons journaliers, ce qui nous fait une vingtaine de cotons à la semaine et donc environ 80 par mois. Soit à l’année : bien plus de 1000… Et ce chiffre ne me rend pas bien fière.

Coton_Lavable

Devant ce constat, l’issue des cotons lavables me semblait donc toute trouvée, complètement en phase avec mes envies de consommation plus raisonnée. Du moins, sur le papier. Parce que bien avant de les avoir en ma possession, il me semblait inévitable que les cotons lavables présentent les limites suivantes :

  • coton qui se détériore au fil des lavages (se salit, se déforme, perd en douceur, etc.)
  • impossibilité de radicaliser complètement ma consommation. J’aurais toujours un peu besoin des cotons jetables. Ne serait-ce que pour le vernis à ongle ou pour palier au moment où tous mes cotons seraient dans le linge sale attendant un prochain passage en machine.
  • est-ce qu’un coton lavable, c’est vraiment économique à l’achat ? Non parce que, franchement, ça coute quand même un peu cher.

Des a priori sur les cotons lavables, qui se sont révélés fondés

Il s’est avéré que tous ces points m’ont été confirmé sur le long terme.
Et, finalement, la liste d’inconvénients des cotons lavables, se révélant bien plus longue que celles des avantages, il a bien fallu que je me fasse une raison : se fut un échec.

Cotons_Lavables_VS_Jetables

Achetés à la fin de l’été 2015 (j’ai donc eu le temps de les tester), mes petits carrés réutilisables sont composés de 55% de chanvre et de 45% de coton biologique. Ils sont de la marque In-Femina by Lulu Nature. Voilà pour la fiche technique obligatoire.
Concrètement, un coton lavable est constitué de deux couches d’un linge fin. Le textile est tout à fait doux, pas autant qu’un coton jetable mais c’est tout à fait honorable. Et son avantage réside dans le fait de pouvoir le laver, le réutiliser et ce, presque à l’infini.
Et cela, c’est encore de la fiche technique.

Cotons_Lavables_Lulu_Nature

Si tu veux mon avis, la durée de vie de ces mini-linges est très discutable. Et cela en dépit d’un prix d’achat tout de même onéreux (compte une dizaine d’euros pour 12 cotons, mais ça peut aussi coûter plus cher). Une petite somme que l’on aimerait voir « amorti » au bout de quelques mois, mais c’est plutôt en années qu’il faudra « s’y retrouvé dans ses comptes ».

Si je dresse ce constat, c’est que le premier inconvénient que j’ai mis en réelle évidence m’est apparut après seulement quelques passages en machine : le coton perd considérablement de sa douceur. L’utilisation sur le contour de l’œil devient alors très délicate. Et en plus de la sensation « rapeuse », très désagréable, au démaquillage, j’ai vu apparaître des petites zones de rougeur et de sècheresse autour de mes yeux. L’adoucissant, évidemment, n’a eu aucune incidence sur cette contrainte qui s’est révélée premier gros point noir de leur utilisation.

Disque_Cotons_Lavables

Et d’ailleurs, puisque l’on parle lavage, il faut savoir que, dans l’idéal, il est préconisé de nettoyer ses cotons dans un cycle de machine à 60 degrés. Or, je n’ai pas pour habitude de laver mon linge à cette température là. Et lancer un lavage uniquement dédié au nettoyage de ma douzaine de cotons se révèle complètement contradictoire, compte tenu des valeurs écologiques pour lesquelles je me suis mise aux cotons réutilisables. Ainsi, l’on constate que le coton ne retrouve jamais sa teinte immaculée du début. Difficile de savoir si le carré est encore sale ou si sa migration vers une teinte gris-maronnasse inévitable ne présente aucun désagrément à l’utilisation. Il demeure encore que la tenue dans le temps est à remettre en question.

Cotons_Lavables

Sans compter qu’une fois, j’ai noté que, stockés dans leur petit pot en verre de ma salle de bain, ma collection de cotons semblait avoir moisie. En cause, la seule humidité de la pièce et non pas un mauvais séchage après lavage. A la découverte de cette « surprise », je me suis demandé si mes cotons n’étaient pas devenus définitivement inutilisables.
Ouf, après un nettoyage de dernier recours, l’odeur caractérielle qui m’avait fait découvrir le pot aux roses, s’était finalement envolée.

D’autres alternatives toutes aussi pertinentes

Devant les failles mises en évidence par l’alternative cotons lavables, je n’ai toutefois pas baissé les bras quant à ma volonté de produire moins de déchets dans ma salle-de-bain. Aussi, peut-être qu’avant de penser solution alternative matérielle, il faut penser modification des habitudes à la source. Cette phrase ne voulant pas dire grand chose, je vais te citer mon exemple.

Demaquillage_Cotons_Lavables

Comme je te le disais en introduction de ce billet, c’est ma technique de démaquillage, gourmande en cotons qui m’a donné envie de passer aux cotons lavables. Et finalement, la solution pour éviter cette surcomsommation, m’est apparu il y a quelques mois, lorsque j’ai découvert de nouvelles techniques de démaquillages ne faisant, cette fois, plus intervenir le disque démaquillant.

Serviette_VS_Cotons_Lavables

Désormais, je me démaquille à l’huile. Et en accompagnement matériel à cette nouvelle technique, j’utilise une petite serviette de toilette, que je passe en machine toutes les semaines avec mon linge habituel.

Et c’est finalement dans cette nouvelle habitude que j’ai trouvé la meilleure des satisfactions, et que je ne jette désormais plus qu’occasionnellement mes petits cotons à la poubelle.

Et toi ? As-tu déjà testés les cotons lavables ? Les as-tu adoptés ?

author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

37 Comments

  1. Alors moi, personnellement, je suis passée aux disques lavables de chez Lamazuna, et pour le moment, j’en suis convaincue. Ce n’est pas du coton comme toutes les autres. C’est une matière assez spéciale qui fait que le maquillage préfère s’y coller plutôt que de rester sur la peau. Et ce qui est top, c’est qu’on a plus besoin d’y mettre du démaquillant. De l’eau suffis ! Après ça ne convient pas à tout le monde. J’ai fait tester à un copine et elle n’aime pas trop la texture mais bon il faut trouver une solution pour chacune :)
  2. Très intéressant cet article. Après un an, tu as largement eu le temps de tester. Perso, je vais tester les cotons de fun’ethic pour voir. Mais je ne pense pas le faire en lavage machine, mais plutôt en lavage main avec les pinceaux. (Pas sure que ce soit écologique, mais c’est rapide). Après, je teste la erase (si je ne le trompe pas), qui est une serviette en microfibre que l’on trouve chez Sephora, qui coûte 16€ la petite mais qui évite d’utiliser des demaquillants. Après quelques mois, je peux confirmer que c’est toujours aussi doux, par contre pour les yeux, j’en suis pas fan, ça irrite plus qu’autre chose…

    Peut être que si les cotons demaquillants sont 100% cotons, ils ont tendance à moins se détériorer? Par ce que quand je pense au chanvre en tissus, je ne vois pas quelque chose de choux par rapport au coton. C’est peut être pour ça au final.

    En tout cas, merci pour cet avis.
    Bon mercredi.
    Lauriane

    • J’ai également eu l’occasion de tester les carrés de chez Fun’Ethic. A choisir, en effet, je les préfère aux cotons. Enfin, c’est surtout leur texture assez hybride que j’apprécie beaucoup. Et, pour le coup, les petits carrés sont restés plutôt doux au fil des lavages. En revanche (et tu te doutais bien qu’il y avait un « mais »), je trouve qu’ils absorbent beaucoup le produit démaquillant (l’eau micellaire en l’occurence), résultat : bah, il faut en utiliser plus…
      Mais j’admets, je m’en sers de temps en temps et ils ne me déplaisent pas.

      C’est la première fois, en revanche que j’entends parler de cette serviette Séphora. Mais, visiblement, au vu des différents commentaires sous ce billet, tu n’es pas la seule à la mentionner. Je vais donc essayer de voir à quoi elle ressemble.

      Merci de ta visite en tout cas Lauriane,
      A bientôt !

  3. Moi j’ai adopté les cotons lavables depuis un moment et je les adore ! Mais j’ai un peu adapté ma routine en fonction d’eux.. Je me démaquille avec les disques Lamazuna qui se nettoie hyper facilement et j’utilise les carrés en eucalyptus des tendances d’Emma pour mon eau micellaire ou mes lotions pour le visage (j’ai aussi testé ceux en coton bi-face mais ils sont bien moins doux..). Du coup ça me permet de ne pas avoir des taches de mascara ou de restes de maquillage sur mes cotons, comme ça ils ne deviennent pas gris-marron ^^ Tu devrais peut être tester ceux en eucalyptus si tu veux faire un nouvel essai un jour, mais du moment que tu as trouvé une nouvelle routine que tu aimes c’est le principal !
    Bisous :)
    • Oui, l’important c’est qu’on ai toutes les deux trouvé une nouvelle routine qui nous convienne et si cette dernière produits peu de déchets alors c’est tout benef’ comme on dit :-)
      Merci de ta visite et à bientôt !
  4. Article bien complet, je voulais tester les cotons lavables, pour réduire mes déchets, car j’utilise des lingettes démaquillantes, mais après je ne me maquille que très rarement, je pense qu’ils me seront lus utiles compte tenu que je me maquille que rarement. Mais je me dis un truc, le coton, il me semble qu’il faut le laver à 90° à la machine, c’est ce que je fais avec mes draps de lit qui sont en coton 100% et ils ressortent toujours aussi propre que des draps d’hôtel. Éventuellement aussi, lave tes vêtements en coton avec tes lingettes pour éviter de faire une machine quasiment vide. mais ton article est super, je veux tester ces cotons depuis un moment, je t’en dirai des nouvelles.

    En tout cas j’aime vraiment te lire, c’est très agréable.

    • Coucou Mahaut ! (je peux t’appeler Mahaut ?)

      La raison pour laquelle je lave mes vêtements à 30°C est d’abord écologique. J’estime qu’ils ne sont pas sales au point d’utiliser plus d’énergie pour chauffer une machine… Par ailleurs, ça me permet de mettre tout mon linge en une seule machine, sans vraiment me poser de question sur les textiles… (et c’est encore plus écolo) Effectivement, les draps je continue de les laver à 60°C et je pourrais tout à fait caler mes cotons dans ce cycle. Mais, je lave mes draps bien moins souvent que mes cotons… :/

      Enfin bref, tu l’auras compris, dès qu’il y a un peu trop de logistique, moi, je perds patience ^^

      Merci de ta venue et de ton joli compliment en tout cas.
      Reviens quand tu veux ! :-)

      • Bien sûr que tu peux m’appeller Mahaut ! Je comprends du coup, c’est vraiment un eau geste pour la planète que tu fais, je t’avoue qu’il faudrait que je fasse pareil, mais ma machine n’a pas de lavage à 30 (20 ou 40 et 20 c’est trop bas pour laver je trouve) après pour l’écologie je me suis pris une machine a+++ après je sais pas trop ce que ça change. Oui après je comprends, moi je me maquille rarement que le jour ou je testerai ces fameux cotons, ils partiront chaque semaines avec mes draps (l’amour du lit frais et propre).

        Avec plaisir et contente que mon commentaire te fasse plaisir, parce que vraiment, j’adore ton blog et tes articles, et c’est pour le moment (je sais pas pourquoi j’arrive pas trop à naviguer encore sur les blogs wordpress) c’est vraiment un de mes préférés ! Donc c’est avec plaisir que je passerai souvent ! :)

  5. Merci pour ton avis éclairé et honnête :) Pour ma part je me démaquille aussi à l’huile, c’est de toute façon la méthode de démaquillage qui me convient le mieux et qui me donne vraiment l’impression d’une peau propre. Je n’utilise qu’un coton par jour, le matin avec de l’eau micellaire pour nettoyer mon visage, du coup j’achète des cotons bio, ça reste assez écologique comparé à ceux « conventionnels » ! J’achèterai peut-être les cotons lavables Les Tendances d’Emma à l’occasion (= quand j’aurai une machine à laver haha)
    À bientôt, bisous
    • Coucou Victoire !
      Désormais, comme toi, je n’utilise plus qu’un petit coton le matin pour me débarbouiller (et retirer les sexy « crottes d’oeil »), alors je me dis que j’ai quand même vachement bien réussi ma réduction de consommation ;-)
      A bientôt !
      PS : avoir une machine à laver à révolutionné ma vie :-)
  6. il y a une technique pour les rendre à nouveau doux (et à faire aussi sur le linge de toilette) avec du vinaigre blanc.
    les miens aussi vieillissent mal !
    Je les lave à 60 avec les draps et les serviettes de toilette, et ma foi, la saleté par plutôt bien. Mais à force il reste qd même des traces noires ou grisâtres. Rien n’est pas parfait, mais je préfère qd même les garder plutôt que les jetables.
    • Hééééé, merci pour cette astuce. D’ailleurs je crois que je la testerais la prochaine fois que je laverais mes serviettes de toilettes. Après tout ça ne coûte rien :-) Et puis dans la foulée je glisserais aussi mes cotons démaquillants. :-)
      A bientôt !
  7. Coucou. j’ai testé et c’est vrai que je n’ai pas totalement adhéré. Du coup Au lieu de faire un choix j’ai adopté une routine qui me permet d’utiliser pas ou peu de coton (2-3 par semaine). Comme toi je fais démaquillage à l’huile et routine layering. Et les lavables servent pour nettoyer ma peau quand je fais un masque. Pour le vernis jachère le pot magique de chez Sephora! Ton retour est très intéressant en tout cas!! Bises
    • Bonjour Lilie,
      je vais noter cette ruse d’utiliser un coton lavable pour retirer mon masque à l’argile. C’est même une super idée ! Qui évite d’utiliser de l’eau à outrance, qui évite de pourrir trop grossièrement une serviette de toilette. Non, sérieux, c’est vraiment pas bête ! Merci bien :-)
  8. Coucou,

    J’utilise les cotons lavables Les Tendances d’Emma depuis un peu plus de 2 ans et j’en suis satisfaites. Ils viennent d’ailleurs d’en sortir des nouveaux, bien plus doux. Ils ont bien vécus, ne se sont pas déformés aux lavages et font toujours aussi bien le job. Il faut trouver les bons cotons, car en ce moment c’est la grande mode, il y en a un peu partout, de tout et de rien.

    Bises

    Laura – Bambins,Beauté et Futilité

    • Je pense que tu as raison, il est important de choisir les bons. Ceux qui tiendront le mieux dans le temps. Seulement, ceux ci, sont également assez chers. Et, j’avoue, moi ça m’a pas mal rebuté.
      Merci de ta visite en tout cas. Reviens quand tu veux :-)
  9. Coucou Charline ! Merci pour ton avis !

    J’avais essayé moi aussi les cotons lavables il y a quelques années et je n’avais pas été franchement convaincue non plus, donc je me suis totalement retrouvée dans ton témoignage.

    J’ai également eu une période démaquillage à l’huile avec l’huile de chez Sephora, j’étais vraiment fan ! Jusqu’à ce qu’ils arrêtent sa fabrication (snif), et que dans la foulée je me fasse opérer de la myopie, rendant mes petits yeux sensibles aux produits non spécifiques, ainsi qu’aux frottements nécessaires pour un bon démaquillage.

    Aujourd’hui j’utilise donc 2 petits cotons pour les yeux avec un démaquillant biphasé, en frottant très doucement (je n’ai pas trouvé mieux dans mon cas). Et pour le visage la serviette démaquillante de Sephora Make-up eraser. Si tu veux carrément arrêter d’utiliser un démaquillant (bonjour les économies et l’impact moins négatif sur la planète ^^), je te la conseille ! Elle fonctionne juste avec de l’eau chaude, je ne la lave qu’une fois par semaine et c’est nickel. Pour les yeux, il faut vraiment frotter fort donc je ne la recommande pas, mais pour le visage elle est top, et en lavant après avec un nettoyant ça suffit, en tout cas dans mon cas.

    Gros bisous !

    Morgane

    • Coucou Morgane,
      Et merci de ton petit commentaire ici.
      Bon, il va vraiment falloir que je me penche sur cette serviette signée Séphora. Vous êtes nombreuses à m’en parler. Alors, elle doit peut-être valoir le coup :-)
      A bientôt en tout cas.
      • Ça vaut le coup de tester oui ! En parlant de « à bientôt », si jamais tu passes sur Paris et que tu as un moment, dis-moi, j’aimerais beaucoup te revoir =) Gros bisous !
  10. Même si j’ai depuis longtemps l’envie de tester des disques démaquillant en tissu, je n’ai toujours pas sauté le pas. J’utilise un lait démaquillant pour les yeux et le visage que je masse avec mes mains donc pas de vrai utilisation de coton jetable de base. Je finis en passant de l’eau sur mon visage et j’essaie avec une petite serviette. Environ 2/3 fois par semaine j’utilise une brosse nettoyante et une mousse pour un lavage plus profond et hop tout roule ☺
    Merci pour ton retour pour les cotons réutilisables!
    • Finalement, ma routine ressemble désormais assez à la tienne. Hormis que j’utilise de l’huile à la place du lait. …Et que je n’ai pas de brosse nettoyante. Mais bon, c’est kif-kif comme on dit ;-)
      Merci de ton passage.
  11. Ahh les cotons lavables. Je voulais m’en acheté et quand j’ai vu le prix… hum ! Bref je m’en suis carrément fabriqué avec des tissus destinés au dépoussiérage ou aux vitres (je ne sais pas vraiment). Je les ai achetés chez action et c’est d’une douceur, et pourtant j’ai les yeux sensibles !! Bref le top, surtout que dans un carré de tissus à 30 centimes, je fais au moins 6 ronds. Ensuite j’en assemble deux avec du fil et le tour est joué !
    Donc clairement le prix qu’ils vendent leur cotons lavables, ça ne vaut vraiment pas le coup.
    En tout cas c’est adopté pour moi, reste juste un petit paquet pour le dissolvant ^^
    biz
  12. Hum .. Effectivement je suis d’accord sur tous les points … J’ai trouvé l’utilisation difficile, désagréable passée plusieurs lavages et franchement ayant la peau sensible c’était vraiment pas adapté pour moi ! C’est dommage car l’idée est bonne mais comme c’est un usage quotidien et que ça demande de ne pas être agressif pour la peau je pense que clairement ça n’est pas si pratique que ça et le résultat m’a laissée perplexe … Comme toi, j’utilise de l’huile démaquillante maintenant et ça va nickel !
  13. Je compte passer aux cotons lavables également mais c’est vrai que ça ne convient pas à tout le monde apparement ^^’ . Je me démaquille également à l’huile désormais puis nettoyage avec un savon donc plus besoin de coton mais j’en utilise tout de même pour ma lotion donc ça suffirait surement pour cette utilisation je pense. En tout cas c’était intéressant d’avoir ton avis ;)
    Bisous

    fj-beauty

  14. Un tout grand merci pour ton retour concernant les cotons lavables.
    Mon côté écolo est un peu dérangé par ce nombre de cotons jetables qu’on utilise quotidiennement, mais je suis clairement freinée par tous aspects négatifs que tu cites dans ton article.

    On va dire que, pour l’instant, je trie mes poubelles, ferme les lampes dès que je peux, etc. mais que du côté cotons, ce n’est pas encore ça : quoi que, je coupe le coton en deux pour me démaquiller les yeux, ça compte, ça, non ? ;-)

    • « je ferme mes lampes »… J’adore détecter mes ami(e)s belge grâce à ce genre de petits indices :-)

      Couper ses cotons en deux, en tout cas, ça compte grave ! C’est même deux golden points écolos à c’qui parait :-)

      Merci de ta visite en tout cas. Ton commentaire m’a beaucoup plu :-)

  15. Merci pour ton post qui m’a intéressé tout particulièrement car je suis justement en train de chercher des alternatives pour éviter tous ces déchets.
  16. Salut.
    Merci pour cette article bien construit ^^ ca fais quelque moi que je pense a investir dans des cotons réutilisable, mais comme tu la fait remarquer cest assez cher , et l’huile me conviens pas trop. Duvcoup en attendant pour réduire au max l’utilisation de coton démaquillant j’utilise moins de maquillage (quiben plus fais du bien a ma peau) et j’utilise un grand carré de coton pour les yeux et le visage, comme ça je n’utilise qu’un coton par jour, 5jour par semaine. Ce n’est pas grand chose mais c’est tjr mieux que les 6que j’utilisé avant

    Gros bisous de Nice

    • Coucou Cassandra,

      Lorsque j’égrainais le web à la recherche de cotons lavables, je me suis pris en pleine face le prix de ces petits machins là. Dit toi que ça peut aller jusqu’à 30 € les 12 ! Bon… Il parait que ceux-ci résistent carrément mieux dans le temps. Parfois, moi j’ai quand même l’impression que leur prix abusif surf sur une nouvelle « mode ».

      Mais bref.

      L’important c’est que chacun trouve sa propre technique.

      Bisous de Savoie.

  17. Personnellement je me m’en passe plus. Je les utilise avec de l’huile pour me démaquiller. J’ai fait mes cotons démaquillants moi même avec des ratines en coton/bambou biologiques, donc je ne connais pas la qualité de vos tissus. Mais une choses est sûre c’est que la débarbouillette doit être nettoyée de suite. Le maquillage est tenace sur les textiles. Je me sers de la même débarbouillette depuis 4 mois maintenant et elle est toujours aussi blanche. Je la nettoie au savon de Marseille après chaque utilisation, rapide et efficace. Si on attend ne serait ce que 1 journée pour la nettoyer et la mettre en machine c’est mort .. ou du moins ça reste tâché. J’ai du reclycler mon premier proto pour le dissolvant..
    Il est vrai que cela a un coût qui n’est pas négligeable. Mais n’oubliez pas que l’on parle d’entreprise française qui travaillent des matières issues de culture biologique …
    Un coton réutilisable issu de culture non équitable et non biologique, tissé et confectionné en Asie aurait le prix que nous aimerions payer.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.