Du green et du zéro-déchet dans ma routine hygiène ?

Ici est en train de s’achever ma petite collaboration avec la boutique Univeda. « Rhooooooo », je sais, je vous entends toutes et tous vous lamenter de cette tragédie. Toutefois, pas de panique ! Et ce, pour deux raisons. La première, c’est que je m’en vais de ce pas te dresser le bilan de cette nouvelle sélection. La seconde, c’est qu’on se retrouvera prochainement dans un ultime billet où je te livrerai mes best-sellers, à choper d’urgence sur la boutique. Ready ?

Pour cette dernière et néanmoins palpitante sélection grâce à la complicité d’Univeda, voici la short-list finale de trois produits produits reçus en cette rentrée. Ces derniers ont d’ailleurs pour point commun de figurer dans la catégorie des articles de deuxième nécessité. La première nécessité étant le papier toilette, le coton pour enlever les cacas d’yeux et les Kleenex des jours de rhum hivernaux… Trois produits, dont je m’en vais te dessiner brièvement le portrait.

Le nouveau déo Soapwalla spécial peau sensible

A l’automne 2015, je mettais la main sur le déodorant Soapwalla, original de la gamme. Et en quelques semaines d’utilisations, je n’avais aucun mal à le qualifier de meilleur déodorant du monde et de tous les temps. Pourtant, été 2016, mes aisselles ne le supportaient plus. Et quand je dis « ne le supportaient plus », je ne parle pas d’une simple lassitude. Je veux dire, que ce déo les as dangereusement irritées. Au point de me créer des brûlures franchement impressionnantes, sous les deux bras.

Bref, je m’en suis donc débarrassé illico presto.

Cette toute nouvelle version que j’ai désormais entre les mains est dénuée de bicarbonate de soude. Car c’était bien lui, le bicarbonate, le coupable de mes irritations ! Par conséquent, elle se veut bien plus douce pour la peau. Décliné en version « citrus » et « lavande menthe », c’est dans cette deuxième tonalité, que j’ai pu le testé.

Sur le plan olfactif, je suis extrêmement convaincue par cette déclinaison plus fraîche et tout aussi sensorielle. La texture comparée à sa version originale est, par ailleurs, plus onctueuse. Proche de celle du Vicks Vapo Rub, elle « se réchauffe » rapidement entre les doigts et s’applique plus facilement sous les aisselles. Que du positif ! Quant à l’efficacité, le point le plus important, il semblerait que je n’ai rien à lui reprocher. En mettant toutefois quelques réserves puisqu’il n’est pas toujours évident de mettre son déodorant à rude épreuve lorsque l’automne pointe le bout de son nez.

Et côté irritations ? Rien à signaler ! Rien de rien. En même temps, sans le bicarbonate je pense que l’on peut dormir sur ses deux oreilles. Bien qu’il serait plus judicieux de revenir t’en parler d’ici plusieurs mois.

Le savon Avocamande de La Savonnerie du Nouveau Monde

Bon, je voue un véritable culte aux savons saponifiés à froid. Aussi je ne suis peut-être pas la plus objective lorsqu’il s’agit de te parler de ces petits cubes aux multiples utilisations. Je m’en sers depuis plusieurs années pour me nettoyer le visage. C’est mon utilisation principale. Mais depuis plusieurs mois, je m’en sers tout aussi fréquemment pour le corps et j’en fais même une utilisation appréciée en tant que nettoyant intime. C’est d’ailleurs pour cet usage que je privilégie désormais ceux qui sont dénués d’huile essentielles.

Aussi, j’ai eu un crush irrésistible pour le savon surgras à l’huile d’amande douce et à l’huile d’avocat confectionné par La Savonnerie du Nouveau Monde. Un savon qui, par ailleurs, porte un nom tout mignon : Avocamande !

D’ailleurs, à l’évocation de ce nom, je m’imagine être enveloppée d’un voile de tendresse de mousse onctueuse. Un savon qui se veut comme un soin délicat hyper nourrissant et agréable pour la peau. Et… je n’étais finalement pas si éloignée de la réalité. Car cet Avocamande est carrément doux, l’odeur est délicate et il ne laisse aucun effet « crissant » après la douche.

Mention très très très bien pour cette savonnerie française au grand cœur !

Le dentifrice solide Lamazuna

Dans la catégorie « dentifrice solide », je n’ai précédemment testé que celui de Pachamaï qui, s’il s’avérait plutôt agréable d’utilisation, souffrait, à mon sens d’un défaut de conditionnement. En effet, son petit boitier rond en inox, n’était pas des plus pratique pour y frotter ma brosse à dents toute angulaire à l’intérieur.

Exit ce souci donc avec ce petit bâtonnait signé Lamazuna. Sans compter qu’en plus d’être inévitablement pratique d’utilisation, il est hyper trognon. Bien sûr, je m’arrêterai deux secondes pour te signifier que son bâtonnait en bois est compostable et que son emballage en carton, lui, est recyclabe. Beau CV n’est-ce-pas ?

Pour l’utiliser, rien de plus simple : il suffit de frotter sa brosse à dents mouillée sur son petit « esquimau ». Le geste est un brun ludique et le conditionnement « eco-friendly » devrait plaire à tous les aficionados du zéro déchet et des initiatives françaises.

Hélas, pour moi qui aime les dentifrices qui génèrent plein de mousse et qui laissent un goût particulièrement frais et mentholé dans la bouche, je me sens un peu roulée. Question de goût évidemment. Ce dentifrice est à mon sens toutefois un peu trop « discret » sur la brosse à dent. Son utilité me laisserai donc un peu perplexe ? Presque…

En attendant, les dentifrices solides et moi, on risque de ne pas être très amis à l’avenir. Dommage.

À retrouver sur la boutique Univeda :
Déodorant Soapwalla délicat Lavande-menthe
Savon saponifié à froid Avocamande, La Savonnerie du Nouveau Monde
Dentifrice solide Menthe poivrée Lamazuna

Et toi, as-tu testé un ou plusieurs de ces articles ? Quel à été ton expérience ?


author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

8 Comments

  1. Bonjour,

    J’ai eu dans une box le dentifrice solide. Très contente car je voulais en essayer depuis longtemps. Hélas je n’aime pas du tout l’arrière goût de ce dentifrice. Il me laisse comme un goût de savon après utilisation. J’ai essayé plusieurs fois en me disant que j’allais m’y habituer, mais décidément ça n’a pas accroché entre nous.
    Sinon l’utilisation est amusante (après vers la fin du dentifrice ça doit être un peu galère non ?), le principe du non emballage plastique est bien sûr validé.

    Quand aux deux autres produits, je n’ai jamais testé bien qu’à un moment j’ai faille acheter le déo mais j’ai découvert le Schmidt’s qui est pour moi LE déo coup de coeur. Aucune odeur de transpiration (même après une journée stressante et une séance de sport ou après une journée caniculaire d’août), pas d’irritation, et une compo 100% clean.

  2. Coucou
    Je n’ai pas encore testé le soapwalla mais j’ai le même style de réaction avec le déodorant Schmidt que j’utilise maintenant plus rarement. C’est également le bicarbonate qui agresse mes aisselles!
    Sinon je dois tester prochainement le dentifrice de lamazuna j’espère que je vais l’apprécier
    Bonne journée
    S
  3. Alors j’ai acheté un dentifrice solide qui a un goût de savon au patchouli x_x comment te dire que je n’arrive pas tellement à l’utiliser xD
    Cool pour le Soap walla je note parce que j’avais rencontré les mêmes soucis d’irritations avec l’original …
    Je suis tellement fière de bébé pilea il est si beau <3
  4. Coucou Charline,
    Bon, le déodorant je vais tester! Et quand j’ai vu passer le dentifrice, j’étais là : ha, espoir de trouver un bon dentifrice, avec moins de déchets et de cochonneries dedans? Et la, en lisant ton avis, je suis déçue. Ce ne sera pas celui-là le petit bijou. Dommage.

    Merci pour l’article,
    Bonne journée
    Lauriane

  5. PS : si je reprends le blog un jour j’ai déjà en tête un article de ce style sur mes produits solides et mon objectif zéro déchet, motivée par ma sœur qui est tellement avancée sur le sujet ! J’ai même acheté l’oriculi… pas encore testé. Justement concernant ma soeur, il me semble que son dentifrice à elle (qui l’a convaincue après pas mal de tests) c’est le vert de Patchamamai (sur Slow Cosmétique), si jamais tu es motivée pour continuer les tests ;) bisous
  6. Coucou Charline,
    Alors le dentifrice, je l’ai testé grâce à la box que Coline avait fait avec Birchbox et j’ai pas approuvé :( J’avais la sensation que ça ne lave pas du tout. J’utilise une brosse à dents électrique et hormis me faire baver (glamour !!), ça ne faisait pas grand chose. Je suis revenu à un truc bien chimique mais comme je sais le prix d’une couronne, j’ai pas trop envie de jouer…
    Pour les savons, je prépare celui pour le corps et je n’arrive pas à passer le cap pour le visage… Trop peur que ça dérègle mon équilibre cutané précaire… Il faudrait que je me lance aussi !!
    Et pour le déo, j’ai testé le « We love the planet » dans cette même box (elle était trop bien) et j’ai énormément accroché. Avant ça j’utilisais de l’huile essentielle de Palmarosa couplée à la pierre d’alun. Ça marchait bien sur moi mais c’était pas toujours très pratique à utiliser… Du coup, je me suis fait une version similaire (un peu de bicarbonate, beaucoup d’huile coco et de la maïzena) sans huile essentielle qui fonctionne du tonnerre aussi. Vivement que je puisse remettre quelques gouttes d’HE pour que ça sente bon ensuite :)
    Belle journée et merci de me tenter avec ces petits savons mignons
  7. Pingback: Ma Kibell : le déo breton carrément costaud ! - Une cheap fille

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.