Le célibat, c’est pas caca

Pour commencer, laisse moi partager cette mini liste de choses très mauvaises et très caca dans le monde. Histoire qu’on parte tous des mêmes bases. Donc, en tête de liste, le racisme, parce que c’est d’la merde. Un tournage de Jackie et Michel dans un Ehpad, parce c’est déconseillé aux âmes sensibles. Faire croire à ses enfants qu’on peut s’acheter un max de truc avec un euro, parce c’est tyrannique !

Tu remarqueras que dans cette courte séquence introductive, je ne fais point mention du célibat. Normal. Car être célibataire cela n’a rien de répugnant. D’ailleurs, j’ai eu beau chercher, je n’ai pas trouver « célibat » à la lettre C du dictionnaire médical de la bibliothèque. Preuve, s’il en fallait une, que le célibat n’est pas un truc que l’on attrape dans les transports en commun et dont on guérit en restant bien au chaud dans son lit.

A y réfléchir, c’est peut-être même l’inverse.

A l’heure où tu liras ce billet, je serais en train d’expérimenter la vie à deux : le partage des tâches ménagères, les petites engueulades parce que l’autre a terminé les Babibel « en scrèd’ » ou encore celui du choix ultra controversé du prochain meuble Ikea. Alors certes, peut-être que tu ne me jugeras pas franchement bien placée pour te parler du célibat. Pourtant, crois moi, mon CV n’affirme pas vraiment la même chose que toi.

Vivre affranchie de partenaire à mes côtés représente bien plus de la moitié de ma vie. Les trois quart à vrai dire. Et si j’ai connu des périodes pleurnichardes sur fond de « mais pourquoi la vie est trop cruelle avec moi ? », j’ai aussi vécu plusieurs années en constatant que le célibat avait une mauvaise réputation belle et bien injustifiée.

Le célibat n’est pas une période transitoire

Si ta mamie Henriette s’est marié à 17 ans, a fait l’amour pour la première fois lors de sa nuit de noce, puis a débuté la production de marmots l’année de ses 20 ans, sache que personne ne t’ordonne d’en faire de même. On est en 2018, tu peux bien habiter seule des années et des années, vivre avec deux chats et Gaspard (le nom que tu as donné à ton grille-pain défectueux), c’est ta vie, c’est toi qui en est maitre et certainement pas ta grand-mère qui te demande sans arrêt « alors ? Toujours pas de p’tit copain en vue ? » (en appuyant tout particulièrement sur le « toujours »).

Etre célibataire, ce n’est pas « être en attente de vivre en couple ». Je veux dire, la vie de couple n’est pas un but ultime à atteindre. Faisant de ton célibat, un truc provisoire, froid et malodorant, à l’image des espaces d’attente dans les gares.

Etre célibataire, c’est vivre libre et heureux, se forger son indépendance et en profiter pour acquérir plus de confiance en soit. Se débrouiller seule. Sans attendre que quelqu’un s’occupe des choses à ta place. Et, bien sûr, avantage non négligeable : choisir, en accord avec toi-même, le prochain meuble Ikea.

Je te l’accorde, peu de gens sont au courant. Et vraisemblablement pas ta mamie. Mais si tout le monde se rallie aux préceptes de ta grand-mère, c’est parce qu’il existe un truc pesant et peut-être bien plus couillon que le fait de nier le réchauffement climatique. Ce truc là s’appelle la pression sociale.

Certes, si s’armer de son Opinel et de ses opinions pour s’ériger contre la pression sociale n’est pas toujours bien vu, cela n’est absolument pas dangereux. Je veux dire, tu ne finiras pas couverte de psoriasis parce que tu refuses de te soumettre au modèle de vie choisi par 80% des gens de ton âge.

Et si tu penses que la pression sociale se dissipera en te mariant, que nenni. Puisque par la suite, c’est toujours cette même grande dame qui te demandera quand tu as l’intention de pondre un premier mouflet.

On ne se débarrasse jamais vraiment de la pression sociale, on essaie juste de moins lui prêter d’importance en vieillissant. Mais on a aussi droit de l’ignorer dès que l’on a 16, 18 ou 20 ans… 

Etre célibataire ne doit pas t’interdire de faire des choses

Voit le verre à moitié plein : être célibataire, c’est quand même pouvoir décider de faire ce que l’on veut, quand on le veut, sans rien demander à personne.

Je sais que cela n’est pas toujours aisé de décider de partir en vacances toute seule ou même juste d’envisager aller au cinéma sans personne sur le siège à côté de soit. On a souvent peur du regard des autres qui pourrait signifier « oh regarde cette nana est tellement insipide que personne ne veut sortir avec elle ».

Mais cela se travaille. Petit à petit.

Pour cela il est temps de te consacrer des temps rien qu’à toi. Comme un petit tête à tête avec toi même, disons, une fois par semaine. Tu peux prendre le temps de cuisiner un plat complexe mais que tu adores (les lasagnes Picard ça compte pas hein !) ou bien aller te chercher un petit plateau de sushis que tu dévoreras en regardant toute seule le dernier Game of Thrones. Parce que toutes les nanas en couple te le diront : attendre que son mec rentre du taff pour débuter, ensemble, le dernier épisode de la série la plus bouillante de l’histoire est une putain de frustration hérétique dont elles se passeraient bien.

Prend soin de toi. Dis toi qu’il n’y a, de toute façon, que toi qui puisse te comprendre de la plus parfaite des façons. Pense à toutes les nanas contraintes de trouver des compromis, sans arrêt, et décide, si tu le veux, de manger tous les Babibel du frigo.

Et toi, quel est ton point de vue à propos du célibat ?


author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

25 Comments

  1. AHAH je suis célibataire depuis 11 mois et 2 jours (non non je vais mieux je le jure!!!)
    Une fois passée la grosse déprime après la rupture, et même pendant cette période là d’ailleurs, personnellement j’ai essayé de faire des choses qui me faisait plaisir (les jours avec), je sortais plus (on ne me l’interdisait absolument pas mais quand on est en couple on a tendance à préférer voir son mec que ses amis grrr) bref j’ai essayé de prendre soin de moi au mieux.
    La pression sociale je l’ai bien connu, oh ça oui ! C’était une relation de 8 ans, et par exemple à chaque fois que j’allais chez ma coiffeuse c’était  » alors toujours pas de bb ?  »  » toujours pas d’appartement ?  » et ça toute l’année, et autant de te dire que maintenant que je suis célibataire c’est  » alors toujours pas de chéri ?  » (encore lundi dernier….) mais S.T.O.P laissez moi tranquille !!!!! C’est une horreur !!!
    je voulais justement faire un article sur tout ça le mois prochain pour fêter mes un an de célibat ^^
    • Hey ! Et merci pour ton témoignage. Je suis contente de voir des célibataires heureux commentés mon billet. J’espère qu’il permettra également de redonner le sourire à ceux qui vivent un peu moins bien leur situation.
      A très bientôt !
      • Oh ben de rien, après la pluie vient toujours le beau temps qu’on soit seul ou en couple ! Même si je suis bien actuellement, j’aimerai quand même enfin trouver quelqu’un, mais bon vaut mieux être seule que mal accompagnée aussi donc je ne me précipiterait pas non plus ;)
        A bientôt !
  2. Bonjour,

    Aaaah la fameuse phrase « ben alors toujours pas de copain ? » du Tonton chaque fois que je l’appelle ; pendant la réunion familiale où chacun et chacune exhibe son conjoint comme un trophée face à toi la pauuuuvre célibataire. Toute la famille qui te regarde avec un œil bizarre et soupçonneux. Quoi ? A son âge, elle n’a toujours pas à son bras droit un mari et accroché au bras gauche un ou deux têtards ?

    J’ai même eu le droit à un interrogatoire de copains d’amies qui ne comprenaient pas que je puisse être célibataire « mignonne et sympa comme tu es » et qui était persuadés que j’avais dû avoir une mauvaise expérience pour fuir ainsi l’espèce masculine !!! bah euh…non désolée….

    Oui à croire que c’est une tare d’être célibataire, que t’as forcément un vice caché pour que personne ne veuille de toi, que tu dois être drôlement chiante au quotidien pour ne pas avoir su garder un mec….Es-tu même un être humain finalement ???

    Je suis célibataire depuis bien longtemps et pourtant je m’en porte pas plus mal. J’aime mon indépendance et ma liberté de mouvement, de pas devoir toujours faire quelque chose en pensant « deux » et pas « une ».

    On peut parfaitement être célibataire et heureuse, profiter de la vie, s’amuser, sortir, bref vivre une belle vie et profiter de chaque jour !!

    Alors à tous les grincheux qui me demandent « alors toujours célibataire ??? », j’ai bien envie un jour de leur dire « de quoi j’me mêle ?? » !!

    • Hello toi !

      Plus jeune, je ressentais exactement la même pression aux repas de famille. Quand mamie, tonton et tata devenaient des inspecteurs en pleine interrogation pour récupérer un max d’infos et dresser le profil psychologique de la nana que mon cousin venait de dégoter. J’ai toujours été très mal à l’aise devant ce genre de comportement. Et encore plus lorsque leurs regards se tournaient vers moi pour ajouter : « éh toi Charline, quand est-ce que tu nous ramène un copain…? »

      Eux et également d’autres amis, ont certainement forgé cette pression qui me conduisait à penser que si je n’avais pas de copains, c’est que j’étais dans une situation « précaire ». Avec du recul, je pense que je vivais bien mon célibat. Et je continue de penser que si un malheur dans ma vie me conduisait à retourner à cette situation, je n’aurais pas à me sentir découragée.

      Comme tu le dis, bien sûr qu’on peut être célibataire et heureux, il le faut même ! :D

      A très bientôt et bonne journée :)

  3. J’ai rencontré le grand amour a 29 ans. Autant te dire que le celibat et moi on s’est bien connu. Mon ressenti est que j’ai trouvé cette période tres profitable et tres formatrice. J’ai vécu. Sorties, restos, concerts a gogo, voyages partout. Jusqu’a me faire un trip de derniere minute toute seule en Australie. Un des souvenirs les plus beaux de ma vie. J’ai fait des milliers de choses impensables pour une fille rangée/ mariée credit /mére de famille/et plus . A l’époque cette vie là bien rangée me paraissait fade et sans saveur. Alors oui le célibat c’est pas caca justement. Et bien qu’aujourdhui j’ai franchi l’étape du mariage et que je sois aussi très heureuse, je pense qu’il faut savoir tirer le meilleur parti de chaque situation et vivre, tout simplement.
    • Coucou Marjorie,
      J’aime énormément ton témoignage et je te remercie de partager ton expérience. C’est important d’être maitre de ce que l’on a envie de faire, qu’on veuille le faire seule ou accompagné. Et de la même façon, on a aussi le droit, sans demander de comptes à qui que se soit, de prendre un tournant radical et de se consacrer à autre chose. Parce que la vie est courte et qu’on a tous, à sa façon, envie d’en profiter :)
      A très bientôt !
  4. Coucou Charline,
    Personnellement depuis mes 16 ans, je n’ai presque plus été célibataire donc c’est quelque chose qui me fait très peur. J’entends bien qu’il y a plein d’avantages, des points positifs et que ça aide à forger son caractère, à être indépendante… Mais clairement ça ne serait pas fait pour moi d’un premier abord, cela me demanderait d’énorme efforts à faire sur moi-même ;) !
    Après sur le côté « pression sociale », je te rejoins totalement, quelque soit notre situation, on y écharpera pas ! Quand est-ce que les gens regarderont leurs fesses avant celles des autres… Chacun doit vivre comme il le sent et personne n’a le droit de juger cela !
    Gros bisous
    Ps : J’adore le titre de ton article :D !
    • Coucou Romy, ravie de te retrouver ici :)
      Alors, la phrase « clairement ça ne serait pas fait pour moi », je n’y crois pas ;) Parce que je pense sincèrement que l’être humain a cette capacité incroyable de s’adapter à tout. Et tant mieux, sinon, il sombrerait tout le temps dans la dépression.
      On a juste beaucoup de mal à imaginer changer radicalement notre mode de vie.
      ;)
      A très bientôt, la bise.
  5. Hello Charline!

    Quel bel article ! J’aime Beaucoup ta vision du célibat et la comparaison avec « les espaces d’attente des gares »
    Je comprends et partage complètement ton opinion! C’est vrai il faut une sacrée dose de courage pour « résister à la pression du groupe » ( le regard abasourdi des autres, payer le même tarif pour une chambre double etc….)
    Mais comme tu l’écris si bien dans ton article, il faut voir le positif ! Même si à 28 ans je suis toujours célibataire, cela ne m’empêche pas de croquer la vie à pleine dent et d’avoir acheté mon premier appartement toute seule comme une grande!

    Au plaisir de te lire,
    Sarah

    • Coucou Sarah,
      Merci pour ton petit mot :)
      Tu mets ici en exergue quelque chose à laquelle je ne pensais plus du tôt. La pression qui fait que, quotidiennement, tout est pensé pour la vie à deux : une chambre d’hôtel, un plat cuisiné pensé pour deux personnes… Et cela me rappelle le désarrois dans lequel j’étais lorsque, seule, j’ai décidé de changer d’appartement avec, en ligne de mire : un joli T2. Je voyais les prix ahurissants des loyers pour ce genre de locations et je me rendais compte que si j’habitais avec quelqu’un (et qu’on divisait le loyer), on aurait eu aucun mal à trouver un appartement sympa, plus grand et bien moins cher.
      Je reconnais qu’à l’époque, ce constat m’avait vraiment miné le moral.

      En tout cas, je suis ravie de constater que tu es célibataire, épanouie et indépendante :D
      A très bientôt sur le blog!

  6. Coucou Charline !

    Je suis assez mal placée pour donner mon point de vue sur le célibat, vu que je n’en ai jamais vraiment profité (ado j’avais qu’une hâte, avoir un copain, et quand j’ai commencé, je ne me suis pas arrêtée plus de quelques mois entre chaque ^^’). Peut-être que ça vient du fait qu’on était 3 enfants à la maison et qu’on était H-24 ensemble avec ma soeur, mais je supporte mal la solitude ! Alors le célibat, pour moi, ça va bien tant que je suis bien entourée par mes amis et ma famille ^^ Certes des fois ça me barbe quand mon mec est triste et me fait culpabiliser parce que je sors ou pars en week-end sans lui, mais vivre seule, j’ai horreur de ça, et puis bon je reste quand même dingue de lui alors la question ne se pose pas ;)

    En revanche, j’ai pu voir des personnes autour de moi victimes de cette pression sociale et j’espère ne pas faire partie de ces personnes qui leur mettent la pression. Franchement tant que les gens sont heureux et qu’ils ne font de mal à personne, ils font ce qu’ils veulent, non ? Donc merci pour ton article qui, je pense, pourra faire du bien à beaucoup de gens =)

    Bisous !

    Morgane

    • Salut Morgane,

      Effectivement, je suis convaincue que lorsqu’on a rarement vécu seul et côtoyer occasionnellement le célibat, on est beaucoup de mal à imaginer vivre seul. A l’inverse, moi je n’arrive pas non plus à m’imaginer vivre dans une grande maison avec quatre enfants dans les jambes ;)

      Dans ton second paragraphe, tu dis qu’on ne devrait pas importuner « les gens sont heureux qui ne font de mal à personne, qui font ce qu’ils veulent ». Ah, si seulement Frigide Barjot et la France entière était d’accord avec ce point de vue ;)

      Bisous et à bientôt

  7. Hello,

    Comme cet article me parle !
    La pression sociale est tellement chiante…tu es célibataire alors tu as forcément un problème, tu es en couple mais pas marié ce n’est pas «normal»…quand allons-nous ENFIN vivre tel qu’on le souhaite sans être automatiquement jugé ?!
    C’est fou ce que l’on peut vivre avec des idées reçues…et pas toujours bonnes d’ailleurs !
    Enfin bref merci pour ton article, tu m’as donné le smile ✌
    Anaïs – Take It Ici le blog (Savoyard )

    • Hey !

      C’est souvent difficile d’échapper au jugement et de faire comme si il ne nous atteignait pas. Et c’est bien dommage que les gens se sentent obligés de juger et de mal juger surtout. De penser qu’eux sont plus à même de savoir ce dont tu as besoin pour être heureux… Heureusement qu’il y a des résistants ;)

      A très bientôt Anaïs :)
      Merci de ton passage

  8. Magnifique article! J’ai été célibataire plusieurs fois dans ma vie, et passé le contre-coup de la rupture j’ai tout fait pour profiter de ce temps libre… Jusqu’à avoir des remarques de mes collègues: « Tu ne trouveras jamais personne avec un emploi du temps aussi chargé! » Mais de quoi je me mêle?
    En couple et fraîchement mariée, j’adore encore aller au cinéma seule, faire une séance de shopping seule et je projette de repartir en week-end seule (parce que les vacances, on essaie quand même de les passer ensemble). Ma plus belle expérience aura été de partir 10 jours seule au Canada, la liberté d’être soi, ailleurs, de vivre pleinement une aventure, de garder des moments secrets et de savourer ses souvenirs!
    • Sandrine ? Est-ce que j’ai droit de dire que je t’aime ?
      Non parce que ce que tu écris, ton mode de vie et tes opinions, j’ai l’impression qu’on a exactement les même. Du coup, j’ai encore plus envie de partir en Ecosse toute seule, tout de suite !
      A très bientôt !
  9. Quand j’ai vu ce titre au début je me suis dit tiens un repartage d’un vieux dossier, parce que dis donc le célibat c’est plus d’actualité sur ce blog :P

    mais après j’ai tout lu. Je suis tellement d’accord avec toi sur le point de la pression sociale, et je pense qu’il faut un peu de courage et d’habitude et de détermination pour réussir à affronter tout ça vraiment sereinement.
    Parce que en fait quand j’y pense, je me dit que ce sont les gens qui pointent les points « nuls » (de leur point de vue) de ta vie qui te font y penser, sinon toi, tu t’en fous.

    J’ai été célibataire les 3/4 de ma vie aussi, jusqu’à 25-26 ans, et je l’ai très bien vécu. Je n’avais pas la pression de me dire roh là là, il faut que je trouve quelqu’un, je suis seule ma vie est nulle…
    J’ai adoré vivre seule, comme j’adore vivre à deux aujourd’hui. Je ne me suis jamais pris la tête, mis la pression ou sentie déprimée.
    J’ai même trouvé que j’avais plutôt de la chance d’avoir cette liberté quand beaucoup « s’enfermaient » dans un schéma assez jeunes.
    Par exemple j’étais bien contente d’être célib au lycée quand je voyais cette pauvre fille obligée de quémander une place assise à côté de toi dans le bus alors qu’elle ne peut pas te piffer juste parce que son mec surveille de l’extérieur qu’elle ne se mette pas à côté d’un autre garçon… lui interdit de se maquiller ou de porter des jupes pour venir en cours. La vie est trop courte pour se faire emmerder.
    C’est quand mon frère et ma sœur se sont mariés et ont eu leur premier enfant respectif à un an d’intervalle à la chaîne, autour de mes 20 ans, que les gens ont commencé à devenir pressants et à me faire me sentir mal.
    C’est dommage de faire ces petites réflexions qui n’ont pas lieu d’être sans se préoccuper de l’impact que ça aura sur la personne.
    même chose pour la descendance… quand je vois la réaction des gens sur le sujet du végétarisme, je me dis qu’on a encore du chemin à parcourir pour que les gens sortent des schémas imposés et se rendent compte qu’on peut faire comme bon nous semble, et que ce n’est pas parce qu’on a pas d’enfant ou qu’on est pas propriétaires à 30 ans que notre vie est ratée ou nulle…

    Bref, je ne me mets pas la pression, j’aimerais juste voyager plus, mais sinon, je prends la vie comme elle vient, et puis je dois avoir un petit côté rebelle aussi qui fait que je n’aime pas me conformer à un schéma pré établi.
    Je ne veux pas être originale à tout prix, juste être bien dans ma vie.
    Des bisous <3
    (désolée pour le pavé …)

  10. Hello Charline !

    Je suis tout à fait d’accord avec tout ce que tu dis dans ton article. J’ai vécu une très longue relation dans laquelle je m’étais enfermée et évidemment j’ai beaucoup souffert au moment de la séparation.
    Mais depuis j’ai appris à vivre seule ET heureuse, sans avoir à me préoccuper de l’avis d’un autre et en vivant les choses pour moi. Je me suis mis au sport, je mange ce que je veux quand je veux, je vois beaucoup plus souvent mes amis, je sors sans penser à l’heure à laquelle je vais rentrer…

    Attention, je ne veux pas non plus m’engouffrer dans une vie de célibataire endurcie !
    Pour parler quand même un petit peu des points négatifs du célibat qui ressortent pas mal en cette période toute grise : manque d’affection, de câlins, d’une présence rassurante et surtout quelqu’un pour réchauffer mes petits pieds froids dans le lit le soir ;) Pour l’instant je me contente de ma bouillotte^^

    Bises,
    Fanny

    • Je reconnais que depuis que je vis avec quelqu’un, j’ai abandonné mes « chaussettes de nuit ». C’est vrai, c’est un avantage comme un autre. ;)
      Merci de ton commentaire en tout cas Fanny et à bientôt !
  11. Hello Charline :)
    Et oui la pression sociale… je suis persuadé que si on vit mal le célibat, c’est bien à cause d’elle ! Alors oui c’est dur de se remettre d’une rupture mais quand c’est passé, c’est à cause des réflexions que l’on vit mal la chose finalement. Pour ma part, je suis de nouveau seule depuis quelques mois et j’ai juste envie de profiter, mais certains voient la chose différemment. Notamment mon père qui voit en chacun de mes amis, un petit ami potentiel… un peu lourd hein ^^
    Bref laissons nous vivre les uns les autres ! ;)
    • Coucou Justine,
      Je me souviens qu’une fois, lorsque j’étais étudiante, je m’étais dis : « non mais en fait, je crois que plutôt qu’être en couple, ce que j’aimerai vraiment, c’est que tout le monde autour de moi soit célibataire ! ». Pression sociale et tout le tralala, on n’arrive finalement plus à décider de ce qu’on aimerait pour soi et pour de vrai. Et c’est bien dommage.
  12. Holla ! Je viens de découvrir ton blog. J’aime beaucoup ta façon d’ecrire, tu ma fais rire ! Comme tu le dis le célibat b’es Pas une maladie j’ai était 5 ans célibataire et ses années sont pour moi encore les plus belle de ma vie (désolé au compagnon) le célibat permet de ce retrouver, de lire quand ont veux et de comme tu le dis choisir le meuble IKEA ou la rejoins du lieu de vie seule sans laval du conjoint Oh joie de vivre que le célibat
    Bisous et je vais de suite lire d’autres billet
  13. Je suis tout à fait d’accord avec toi ! Je suis célibataire depuis 1 an et j’avoue que je suis heureuse.  Après la rupture, ça a été très difficile. Toutefois, au fil du temps, j’ai fini par apprécier la vie de célibat. :P

Laisser un commentaire