Bullet journal, la perfection au quotidien ?

Si j’en crois la première date inscrite sur mon Leuchtturm 1917, cela fait déjà un peu plus d’un an que j’ai fait entrer le bullet journal dans ma vie. J’ai commencé à écrire dedans le 14 septembre 2017, très précisément. Et depuis tout ce temps, j’en ai raturé des pages et recommencé des mises en formes. Parce qu’il est loin, très très loin d’être parfait mon « bujo », j’ai eu envie de t’en parler aujourd’hui.

J’ai démarré le bullet journal suite à une vidéo de Solange. Dans sa séquence, elle expliquait la façon dont elle organisait ses tâches quotidiennes grâce à un carnet, qu’elle remplissait quotidiennement. L’exercice semblait simple et ne demandait pas de matos’ contraignant. Il semblait finalement assez similaire aux « to do list » que je m’infligeais déjà. Je lui ai donc piqué l’idée.

Ainsi, j’ai commencé par la base de la base du bullet journal, en notant seulement quotidiennement les tâches qu’il me faudrait idéalement exécuter dans la journée et en les reportant systématiquement si je ne les avais pas accomplies dans la journée. Je t’en avais d’ailleurs un peu parlé dans un très vieux billet.

Et puis, au même moment, j’ai vu fleurir des carnets aussi chiadés que des Rembrandt. Des pages tellement belles et équilibrées qu’elles semblaient tracées au nombre d’or, remplies avec la sagesse du Dalaï Lama et enluminées par un moine cistercien.

Si tu ne vois pas de quoi je parle, je t’invite à aller taper « bullet journal » sur Pinterest.

À ce moment là, j’ai presque eu envie de prendre mon carnet, de le tremper dans l’éthanol, et de le laisser se consumer quelque part sous un pont.

Bien sûr que moi aussi j’aimerai être en mesure de tenir mon bullet avec soin. De remplir assidument mes trackers et de pouvoir ainsi dire précisément les jours où j’ai mangé végé, fait ma séance de sport et bu moins de trois cafés. Moi aussi, j’aimerai qu’à l’ouverture de mon carnet on ai l’impression de pénétrer le palais des glaces version papier ornés des plus beaux pleins et déliés.

Mais il me faut me rendre à l’évidence, j’en suis complètement incapable.

Déjà, laisse moi te raconter.

À la réception de mon carnet à la marque imprononçable, j’ai constaté avec désappointement que j’avais par mégarde acheté un carnet sans les fameux « petits points qui changent tout ». Mais si, tu sais, les petits points répartis partout sur la page. Ceux là même qui te permettent de tracer tout un tas de lignes stylées et pratiques à la mise en forme appliquée du bujo.

Je venais de dépenser plus de 15 balles dans un carnet en similicuir qui ne possédait même pas la caractéristique numéro 1 que j’attendais de mon futur bullet journal ! Il y a de quoi être énervée non ?

Là encore, j’ai hésité entre ressortir ma carte bleue et repasser en caisse, ou dire à l’univers d’aller se faire cuir un œuf, que ce n’était pas une page uniformément vierge qui allait arrêter ma quête de l’organisation parfaite.

Je n’avais pas 15 balles supplémentaires à dépenser. J’ai gardé mon Leuchntturn ennuyeux.

Pour me consoler, me restait tout de même une feuille volante quadrillée, frêle guide-lignes pour « sauver les meubles » comme qui dirait.

Ce même guide-lignes que j’ai d’ailleurs un jour retrouvé dans la poubelle de tri, griffonnée par mon mec d’un message à peine lisible. Il avait cru qu’il s’agissait là d’une vieille feuille de papier brouillon abandonnée sur le coin du bureau.

Bref. Déjà, ma quête de l’organisation optimum sur fond de photo Pinterest, n’était pas bien partie.

J’ai toutefois débuté mon carnet pleine d’envies. Outre le fait de vouloir le garder soigné et agréable à regarder, j’avais pour ambition d’y consigner tout un tas de choses. J’imaginais certainement que, rétrospectivement, on se délectait d’une certaine satisfaction à constater combien de fois on avait fait le ménage dans le mois, combien de temps on avait passer à la salle de sport, combien de livres on avait lu, de film on avait vu…

J’ai tenu deux pages. Et tout cela m’a semblé complètement futile.

J’avais écrit dans mon précédent billet que j’utilisais la version low-cost du bullet journal. Parce qu’en vrai, il ne me sert qu’à lister les tâches quotidiennes, visualiser mes horaires de travail salarial et dresser une petite liste des actions et intentions du mois. Aux dernières nouvelles, j’ai décidé de référencer les petites économies réalisées. Tout ça, de façon ni esthétique ni harmonieuse, sans couleur ni citation cu-cu. Cela va s’en dire.

That’s all !

Et il m’aura fallu plus d’un an pour aboutir à cette version que j’estime plutôt optimale.

En définitive, le bullet journal est devenu au fil des derniers mois et de ce que l’on a l’habitude de voir défiler sur les réseaux sociaux, la mise en exergue de l’organisation parfaite véhiculée par des gens parfaits. Mais, après tout, comme disait mon papa dans sa grande poésie : « on s’en branle de c’que font les autres ! ».

Prend un carnet, écrit des choses dedans, avec n’importe quel stylo. Rature, recommence. N’arrache rien, tourne simplement les pages et peaufine. Opte pour une nouvelle mise en forme, développe-la, retourne à l’ancienne. Rate. N’est pas peur de rater. Ce que tu as dans les mains ne ressemble pas à ce que tu avais imaginé ? On s’en fou. Continue d’essayer. 

Et surtout, surtout, ne cherche pas à avoir le même bullet journal que celui que tu as vu avant-hier sur ton feed instagram. Et n’essaie pas non plus d’avoir le même que le mien.

« Chacun sa route, chacun son chemin ». C’est c’que disait mon tonton.

Alors, dis moi ? Quel est le rapport que tu entretiens avec ton bullet journal ? 


author avatar

Blogueuse à l’humour discutable qui aime les trucs gratuits, les rouges à lèvres foncés et les pâtes à la carbonara.

12 Comments

  1. Ah là là le bujo. J’ai investi dans un beau carnet à couverture épaisse noire chez Cultura avant l’été, un beau feutre biseauté, et tout ça prend la poussière sur le tabouret de ma coiffeuse depuis … J’aime tellement voir ceux des autres et je me dégonfle en me disant que je ne serai jamais capable de qqch de joli. Je pense que je vais retenter, parce que j’aime bien faire des listes aussi… Je valide le slogan de ton papa, d’ailleurs également le mojo d emes parents, mais en plus sobre « les autres on s’en fout » (oui ma vulgarité ne me vient pas vraiment de mes parents).
    J’ai vu la vidéo de Solange quand je comptais commencer le mien, je vais je pense la visionner à nouveau, définirce que je veux voir dans mon propre bullet journal, et démarrer tiens ! Moi Novembre ne sera pas mois sans tabac mais le mois du bujo !
    Truc con mais j’aimerais bien aussi y glisser des infos insolites ou des anecdotes, pour rire quand je le relirai plus tard (par exemple je notais les citations des profs et camarade de classe dans mes agendas, c’est très drôle à relire ^_^).
    bravo pour cette année de bujo <3 RDV dans une semaine pour voir où en est le mien xD
    Bisous
  2. Bon j’avoue, je n’ai pas de « Bujo » et je ne compte pas en avoir un, je me contente de listes sur des post-it que je dissémine sur mon bureau et d’un brave agenda ;)
    Mais comme j’ai réclamé l’article sur insta, je me suis dit que la moindre des choses c’était de venir te faire un coucou en commentaires !! Donc « Coucou » Charline, j’espère que tu passes une belle journée :)
  3. Hello,
    Perso j’ai commencé le bujo en octobre 2016 après la première vidéo de Solange sur le sujet et après avoir acheté un lot de cahiers à petits carreaux chez Action à moins de 2€ je crois pour voir si le système me conviendrai, à moi qui n’ai jamais fini un carnet de ma vie ! Et j’ai beaucoup aimé la façon de s’organiser comme un agenda mêlée à une sorte de journal intime où on répertorie ses souvenirs, les films et les séries vues… Au début aussi je voulais qu’il soit comme sur Pinterest alors j’ai tenté de faire des dessins, de la calligraphie, de mettre des citations inspirantes mais je n’étais jamais satisfaite du résultat donc j’ai fini par abandonner toutes ces fioritures. Maintenant j’ai un stylo plume noir et des restes de crayons colorés du lycée pour tracer des traits et rendre le truc un peu plus gai mais c’est tout. Je reste très basique je fais des listes, un tableau pour le mois, un tableau pour faire mes comptes et un tracker et ça me convient très bien.
    Et j’ai réussi à terminer mes 2 petits cahiers de chez Action ! J’ai « investie » dans un carnet avec des petits points et c’est vrai que ça rend bien mieux que les petits carreaux ;)
    Merci en tout cas pour cet article fort sympathique qui montre qu’un bullet n’est pas forcément parfait comme sur youtube, pinterest ou instagram ;)
    Bonne fin de journée à toi !
    • C’est fou, je vois qu’on est vraiment nombreux et nombreuses à s’être mis au bullet journal après la vidéo de Solange. Moi qui, en plus, pensait que peu de gens regardaient et aimaient ses vidéos, je vois que je me suis bien foirée ^^.
      En tout cas, merci d’avoir compris l’essence de ce billet :)
      Très bonne journée et à bientôt
  4. Salut !
    J’ai découvert le concept du bullet journal avec la même vidéo que toi. :) Et j’ai beaucoup aimé, mais en tant que prof, je suis très attachée à mon agenda, alors j’ai essayé de combiner les deux pour fabriquer quelque chose à ma sauce. La première année, j’ai imprimé pour chaque mois une vue globale que j’ai glissé entre les pages de mon agenda. J’aimais bien cette idée d’avoir les rdv et temps forts visibles en un coup d’œil, et d’aller sur les pages des jours concernés pour avoir le détail. Et j’ai repris le concept des points et petits symboles pour mes listes de choses à faire par jour. Comme j’avais quelques pages de notes à la fin, c’est là que je mettais tout ce qui n’entrait pas dans l’organisation factuelle de mes journées (listes de bouquins, etc…).
    Puis j’ai trouvé un site américain qui propose des agendas personnalisables vraiment cools qui sont vraiment adaptés à ce que je cherchais. Alors certes, c’est vraiment pas donné, c’est imposant, et pas entièrement sur-mesure non plus (pour ça, il faudrait que je fasse l’effort de me faire un vrai bujo tel que je l’imagine, mais je suis vraiment trop feignasse pour le moment^^), donc ce n’est pas parfait, mais ça m’a quand même bien aidé dans mon organisation au quotidien (et Dieu sait que je suis bordélique !). En gros, il a tout un système d’onglets comme un répertoire (un par mois pour un an, commençant en septembre en ce qui me concerne, école oblige, mais aussi un pour planifier mes menus et courses, et un pour ma classe justement, ainsi que des pages de notes pour mes réunions et autres), une vue globale de chaque mois, et ensuite, par semaine, j’ai personnalisé des sections pour m’y retrouver plus facilement : mes rdv, ceux de mon chéri, ceux qu’on a ensemble, les choses du quotidien pour mon taf, un espace « to do list »… Finalement, j’ai quasiment trouvé l’équilibre que je cherchais entre mon agenda chéri et le bullet journal et ça me convient plutôt pas mal. Je pense que je peux encore l’améliorer pour qu’il colle vraiment à ce qui me faciliterait le plus la vie, mais c’est un bon départ pour moi. Et j’ai même la place d’y coller mes tickets de ciné et spectacles, ou les cartes de bons restos découverts pour m’en souvenir, c’est plutôt chouette.
    Bref, je suis carrément pour le bullet journal, même si pour le moment, je ne le trouve pas complètement adapté à ma façon de vivre !
    (Ah et comme toi, les petits dessins et la calligraphie, ce n’est vraiment pas ma spécialité…On verra plus tard pour ça ! XD)
    • Salut Vé !
      Malgré la présence de mon bullet journal, je n’ai pas lâcher mon agenda dans lequel je mets tous mes rendez-vous, mes dates de départ en train, les jours où j’ai des choses de prévu avec mes amis… La combinaison des deux me convient vraiment bien. Parfois il y a des doublons, mais si cela peut me permettre de ne rien oublier, ça me convient ! ;)
      Il y a peu de temps, chez Hema, je suis tombée sur des cahiers avec des intercalaires repositionnables. En voyant ça, j’ai tout de suite pensé : qu’est-ce que j’aurais aimé avoir ça quand j’étais étudiante. Et après je me suis dis que c’était vraiment un chouette outil pour qui voulait séquencer ses to do list entre vie perso/travail et autre… Je pose ça là, je me dis que peut-être cela t’intéresserai :)
      Mais l’essentiel reste toutefois que tu es trouvé une chouette organisation au quotidien, qui te plaise et qui ne soit pas compliqué à mettre en place.
      Bonne journée !
      • Ah, merci pour l’info, à l’occasion j’irai regarder à quoi ils ressemblent (même si entrer dans un Héma est très dangereux pour moi et mon porte-monnaie^^) !
  5. Exactement ! Comme toi je ne cherche pas du tout à avoir un BuJo comme ceux qu’on voit sur Pinterest ou Instagram. Je ne dessine pas dans le mien, par contre j’y colle plein d’autocollants pour compenser, car j’aime bien le décorer ^^ J’ai aussi décidé de me lancer suite à la vidéo de Solange ! C’est marrant, on semble être nombreux dans ce cas :)
    J’utilise mon journal depuis août et pour l’instant j’aime beaucoup y écrire dedans, ce n’est pas parfait et je ne cherche pas la perfection, mais j’espère m’y tenir sur le long terme ! :)
    • Je crois que dans sa vidéo, Solange a présenté le bujo comme quelque chose de très simple, de très facile à mettre en place. Je pense que c’est pour ça que pas mal s’y sont mis à ce moment, avec ce qu’ils avaient sous la main. Ensuite, les plus créatifs se sont plu à dessiner, colorier leur bujo… L’important étant, à mon sens, de mettre les pieds dans une nouvelle façon de s’organiser. Et après, on l’a fait évoluer, à son rythme… :)
  6. Les Bujo et moi, c’est un peu « je t’aime, moi non plus ». J’adore le principe de base et l’index qui m’a plus d’une fois sauvé la vie. Je l’utilise donc même sur des carnets qui ne sont pas des bujo car je m’y retrouve enfin. Après, je dirais que j’ai eu 3 Bujo depuis que j’en fais et ils sont vraiment différents. Selon le cas, ils étaient plus ou moins sobres. Mais j’ai du plaisir à me poser de temps en temps pour faire de jolis choses même si je garde mon objectif premier de praticité et d’aide à l’organisation personnelle !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.